Madagascar: Rapatriement - Quatre espaces de loisirs réquisitionnés

En fin de soirée hier, deux-cent treize compatriotes revenus au pays à bord d'un aéronef d'une compagnie aérienne étrangère, sont placés en quarantaine dans quatre espaces de détente en périphérie de la capitale.

Ils se sont retrouvés à Addis-Abbeba dans la capitale éthiopienne depuis trois jours afin d'affréter ensemble un avion qui les a ramenés au pays hier dans l'après-midi. Ils se sont débrouillés pour débourser les coûts de leur rapatriement. À leur débarquement à l'aéroport international d'Ivato, ils sont rapidement répartis dans les quatre espaces réquisitionnés dont l'un ne se trouve pas loin de l'aéroport.

Onze militaires parmi ces arrivants sont placés au camp du 1er Rfi à Ivato même tandis que quatre éléments de la gendarmerie nationale sont actuellement en quarantaine au niveau du camp du Fign à Fort-Duchesne, pas loin du centre-ville. S'agissant des civils, cinquante-deux membres d'une communauté religieuse, alors retenus en mission en Afrique du Sud et en Côte d'Ivoire et figurant parmi les rapatriés, sont dirigés vers le premier site privé réquisitionné. Il s'agit de l'Espace Ravinala à Amboanjobe, à quinze kilomètres de la capitale et les riverains de ce lieu d'hébergement manifestent contre l'accueil des rapatriés, arguant le risque de contamination à la Covid-19 exposé aux habitants d'Amboanjobe. À quelques distances de là, le centre de santé d'Anjomakely vient de recevoir cinq malades de la Covid-19.

Tollé?

Les éléments des forces de l'ordre se déploient dans ces centres réquisitionnés. Au départ, selon les sources officielles, quatre agents des forces de l'ordre devaient sécuriser chacun des quatre sites réquisitionnés. Par la suite, douze agents sont stationnés à Ambatomirahavavy où le domaine SaintFrançois et l'espace Villa-Verte hébergent respectivement, vingt-cinq particuliers et quatre-vingt-quatre personnes dont huit prêtres ayant suivi de la formation en Égypte. Parmi les personnes prises en charge à l'espace Villa-Verte Ambatomirahavavy, se trouvent des individus bloqués longtemps à l'étranger alors qu'ils y sont partis pour faire du tourisme en famille. Trente-sept marins venus à bord du même vol de rapatriement sont rassemblés au niveau de l'auberge Sainte-Jeanne à Talatamaty.

Ayant payé ce voyage de retour au pays de leurs propres poches, des arrivants sont partis des États-Unis et du Brésil avant de retrouver leurs pairs dans la capitale éthiopienne pour ensuite s'envoler ensemble pour Antananarivo. Leur état de santé sera suivi de près maintenant qu'ils sont confinés au niveau d'endroits militairement sécurisés. L'agitation au niveau de la population en proximité immédiate de ces sites réquisitionnés reste à craindre dans les jours qui suivent face au renforcement des dispositifs de maintien de l'ordre public et à l'absence de sensibilisation visant à rassurer les habitants en psychose quant à la propagation rapide et mortelle du coronavirus.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.