Afrique de l'Ouest: UEMOA - Le Conseil des ministres se dit préoccupé des mauvaises performances économiques dues à la COVID-19

Le Conseil des ministres de l'Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) qui a tenu sa deuxième session ordinaire de l'année, le 26 juin dernier, s'est félicité du rythme de croissance économique dans l'Union qui est ressorti à 6,1% en 2019 après 6,4% en 2018. Le Conseil s'est dit, tout de même, préoccupé des mauvaises performances attendues pour l'année 2020, au plan macroéconomique qui conduirait à un taux moyen de 2,4% au niveau de l'Union.

Lors de la réunion, le Conseil des ministres a examiné le rapport semestriel d'exécution de la surveillance multilatérale du premier semestre 2020, lit-on dans le communiqué issu de la rencontre. Selon lequel le Conseil se félicite du rythme de croissance économique dans l'Union qui est ressorti à 6,1% en 2019 après 6,4% en 2018. Pour le document, il note que cette croissance, portée par l'ensemble des Etats membres, a été réalisée dans un contexte de maîtrise des prix, avec un taux d'inflation annuel moyen de -0,7% contre 1,2% en 2018. Il salue, par ailleurs, les efforts des Etats membres en matière de gestion des finances publiques, cinq (5) Etats membres ayant respecté les trois critères de premier rang en 2019.

Pour l'année 2020, l'instance de l'Uemoa se préoccupe des mauvaises performances attendues au plan macroéconomique avec d'une part, la baisse de la croissance dans tous les Etats membres qui conduirait à un taux moyen de 2,4% au niveau de l'Union, soit une réduction de plus de quatre points de pourcentage par rapport à la prévision initiale de 6,6% et, d'autre part, l'aggravation du déficit budgétaire global qui représenterait 5,2% du Pib contre 2,5% initialement prévu.

Le Conseil encourage en ce sens les Etats membres à poursuivre les efforts pour limiter la propagation de la pandémie. Aussi, a-t-il adopté, selon le communiqué, la Recommandation relative aux orientations de politique économique aux Etats membres pour l'année 2021. Par cette recommandation, dit-il, le Conseil invite les Etats membres à poursuivre la mise en œuvre des mesures contenues dans les plans de riposte sanitaire, économique et sociale à la Covid-19.

Il invite également les Etats membres à poursuivre les efforts de mobilisation des ressources intérieures, et à prendre toutes les dispositions pour bénéficier de l'appui de la Communauté internationale, notamment, pour l'allègement de la dette extérieure et l'obtention de nouvelles ressources concessionnelles. Enfin, le Conseil exhorte les Etats membres à mettre en œuvre des politiques budgétaires permettant un retour à la consolidation budgétaire après la crise.

Le Conseil a adopté la Directive portant harmonisation du régime fiscal des pertes sur créances douteuses et litigieuses comptabilisées par les banques et établissements financiers en application de la règlementation bancaire. L'adoption de ce texte vise à harmoniser, dans l'Union, le régime fiscal applicable aux pertes sur créances douteuses et litigieuses comptabilisées en autorisant leur déduction pour la détermination du résultat fiscal des établissements de crédit, dans le cadre de l'application du Plan Comptable Bancaire Révisé.

Le Conseil a décidé également, en complément aux mesures de la Bceao, et pour préserver le financement des économies de l'Union ainsi que la solidité des établissements de crédit et la stabilité financière de la zone, de prolonger d'une année la période de mise en œuvre des dispositions transitoires du dispositif prudentiel applicable aux établissements de crédit et aux compagnies financières de l'Union monétaire ouest africaine. « Il s'est félicité des mesures déjà mises en œuvre par la Banque Centrale en vue d'atténuer l'impact de la pandémie de Covid-19 sur le système bancaire et le financement de l'économie », rapport enfin le document.

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.