Angola: Le pays condamne l'assassinat d'un policier angolais à la frontière avec la RDC

Dundo (Angola) — Le ministère angolais de l'Intérieur condamne l'assassinat, dimanche dernier, d'un agent de Police de garde-frontière (PGF) par les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

L'assassinat, à coup de fusil, de l'agent de la 7ème Unité de garde-frontière a eu lieu au poste frontalier de Tchitundo, situé sur le sol congolais, où se fait la correspondance avec le poste de Nachiri, localisé sur le territoire de la municipalité de Chitato, province angolaise de Lunda-Norte.

L'incident est survenu lorsque deux agents de PGF, en patrouille, et suspectant une contrebande, tentaient de photographier de bidons, en grande quantité, contenant de carburant, précise un communiqué de la Délégation provinciale du ministère de l'Intérieur rendu public lundi.

Les bidons étaient transportés par des citoyens en tenue civile, appartenant pourtant aux Forces armées congolaises, explique le communiqué rendu public depuis Dundo, chef-lieu de la province diamantifère de Lunda Norte.

Les agents des FARDC, au nombre d'environ 20, ayant aperçu la présence des troupes angolaises, ont décidé de les arrêter. Et ces dernières, tentant de s'échapper, ont été « arrosées » avec des balles, renchéri le communiqué.

Atteint d'une balle, un agent de garde-frontière angolais a été tué sur place, et un autre, étant parvenu à se sauver, s'est présenté, quelques heures plus tard, au poste de PGF situé à Chitato.

Selon le document, aussitôt après l'incident, survenu à 19 heures locales, la partie angolaise a contacté les autorités congolaises.

L'armée congolaise a rendu aux autorités angolaises le cadavre et la motocyclette de la victime, sauf le pistolet de type « Geicho » et son téléphone portable, explique le communiqué.

C'est le deuxième incident enregistré sur le terrain, rappelle la délégation provinciale du ministère de l'Intérieur, qui se dit profondément indignée par la « barbarie commise par les Forces armées de la République démocratique du Congo ».

Enfin, le communiqué rappelle qu'un Accord avait été signé, le 10 juin 2020, par l'Angola et la RDC, selon lequel les deux parties s'étaient engagées à ne jamais recourir aux armes à feu, qu'elles qu'en soient les raisons, étant donné qu'il n'y a pas des marques visibles de délimitation de la frontière commune.

L'Agence angolaise de presse a tenté d'écouter la partie congolaise, mais sans succès.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.