Algérie: Football - "Un éventuel retour à l'activité doit se faire de manière progressive"

Alger — Le président de la commission médicale de la Fédération algérienne de football (FAF), Djamed-Eddine Damerdji, a préconisé mardi un "retour progressif" à l'activité sportive, en cas d'accord des pouvoirs publics pour reprendre les compétitions, suspendues depuis mi-mars en raison de la pandémie de nouveau coronavirus (COVID-19).

"Nous sommes sur le point de boucler quatre mois d'inactivité et la durée va certainement s'allonger. Après avoir montré au début une certaine volonté à entretenir leur forme, les joueurs ont fini par se lasser et ont abandonné, certains ont pris du poids. C'est tout le monde qui est dans la même situation en raison des mesures liées au confinement. Dans le cas où les pouvoirs publics viendraient à donner leur accord pour une reprise, elle doit se faire de manière progressive, comme si le joueur n'a jamais joué au football, c'est ça le principe, afin d'éviter les blessures notamment", a indiqué à l'APS Dr. Damerdji.

Le Bureau exécutif de la FAF, réuni mardi dernier, a maintenu sa position prise initialement pour la reprise de la saison footballistique 2019-2020, en cas d'accord des pouvoirs publics.

En attendant la levée totale du confinement et l'autorisation des rassemblements, il a été décidé de maintenir la feuille de route initialement établie le 30 avril dernier, qui consiste à poursuivre le reste de la saison 2019-2020 des Ligues 1 et 2 sur une période de 8 semaines, après une période de préparation de 5 à 6 semaines, quelle que soit la date qui sera arrêtée par les pouvoirs publics.

S'agissant du protocole sanitaire élaboré par la FAF, sur demande du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), Dr. Damerdji a tenu à préciser un "détail important" : "Tout le monde doit comprendre que ce protocole a été réalisé pour une reprise, dont la date et le pouvoir de décision n'ont jamais été entre les mains de la FAF, encore moins du MJS. Les mesures contenues dans le protocole sanitaire ont été établies dans la faisabilité de leur application".

Rendre les joueurs "plus disciplinés"

Chez les clubs, c'est un autre son de cloche. Une éventuelle reprise de la compétition après une longue période d'inactivité pourrait être "préjudiciable" pour le joueur, estime le docteur Amar Benarmas, membre du staff médical du MC Oran.

Au MCO, les joueurs ont été soumis depuis le début de la pandémie à un travail individuel, mais le docteur Amar Benarmas semble avoir des doutes sur leur volonté de l'appliquer.

"A l'instar des autres formations, le MCO a transmis à chaque joueur un programme en solo à suivre, mais j'ai des doutes sur leur volonté de l'appliquer. Ce n'est pas facile, d'autant que la période est devenue si longue. La meilleure décision qui puisse être prise par les autorités est l'arrêt définitif du championnat", a-t-il estimé.

En cas de reprise, Dr. Benarmas a suggéré de regrouper les joueurs dans un hôtel et leur interdire de se rendre chez eux : "C'est une décision qui sera prise par le MCO en cas de reprise. Les joueurs s'entraîneront pendant la journée et seront regroupés en permanence à l'hôtel. C'est la meilleure solution pour leur éviter de se frotter avec d'autres personnes, ce qui augmenterait les risques de contamination".

Enfin, le médecin du MCO a indiqué qu'il faudra bien reprendre un jour, "mais pas dans le contexte actuel", marqué par la hausse du nombre de cas positifs au COVID-19 depuis quelques jours.

"La reprise se fera tôt ou tard, c'est une certitude. Le virus va rester avec nous certainement pour une longue période, nous devons nous adapter à la situation, l'urgence est de rendre les joueurs plus disciplinés et conscients", a-t-il conclu.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.