Congo-Kinshasa: En visite privée - Tshisekedi à Bruxelles pour un check-up

Pixabay
Carte de la RDC

Le président de la République séjourne en Belgique. Quoique privée, la visite du chef de l'État en Belgique suscite au moins une question: Qu'est-il allé faire? Au-delà de son caractère privé, la visite de Félix Tshisekedi dans la capitale belge intervient alors que la coalition au pouvoir à Kinshasa traverse une zone de turbulences.

Depuis quelques jours, en effet, le pays est en pleine tension entre le FCC et CACH. Le chef de l'État a besoin d'avoir des nerfs solides pour prendre l'affaire au bon bout. A-t-il donc préféré reculer à Bruxelles, qu'il a qualifié lors de son discours, la veille du 60ème anniversaire de l'indépendance, de son « autre Congo » pour mieux sauter ?

Le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, séjourne depuis dimanche 5 juillet à Bruxelles (Belgique). Le chef de l'État y a effectué un « séjour privé » au moment où la coalition au pouvoir en République démocratique du Congo connait de fortes tensions sur le plan politique.

Avec une série de crises provoquées, notamment, après la révocation du député national Udps, Jean-Marc Kabund, au poste de vice-président de l'Assemblée nationale et la saga judiciaire qui s'en est suivie ; les manifestations publiques qui ont exigé et obtenu le retrait de trois propositions de lois initiées par les députés FCC Aubin Minaku et Garry Sakata sur la réforme judiciaire ; l'« affaire Tunda », le vice-Premier ministre de la Justice accusé de faux et usage de faux par le procureur général près la Cour de cassation ; les manœuvres qui ont entouré l'élection de Ronsard Malonda en qualité de président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) par les confessions religieuses et son entérinement précipité à l'Assemblée nationale ainsi que les marches de contestation programmées dans la semaine...

Autant de dossiers qui font qu'en ce moment précis, personne n'aimerait être à la place du président de la RDC. Félix Tshisekedi a tout intérêt de se requinquer afin d'être à la hauteur du choc et prendre la mesure du virage qu'il faut amorcer avec assurance pour que le navire ne chavire pas lors de prochaines vagues.

D'une pierre, deux coups

Au pays, plusieurs questions se posent sur le sens de cette visite. Si certaines sources parlent d'un « bilan santé », d'autres sources annoncent que le chef de l'État ne manquera pas, au cours de son séjour, de s'entretenir en privé avec des officiels belges et européens.

Mais au demeurant, il ne s'agit que d'un voyage privé. Ailleurs, cela ne poserait aucun problème. Plusieurs chefs d'État prennent tranquillement leurs vacances, loin des bruits et stress quotidiens afin de se refaire une santé qui leur permettent de garantir le bon fonctionnement des institutions du pays.

Cependant, le séjour de Fatshi en Belgique, dont « Congo indépendant » estime la durée à une « dizaine de jours », intervient à un moment spécifique : le président sort du pays en pleine crise de Covid-19, mais surtout pendant que la coalition au pouvoir à Kinshasa traverse une zone de turbulences.

D'ailleurs, avant son déplacement, Félix Tshisekedi s'est entretenu, le jeudi 2 juillet 2020, avec son prédécesseur Joseph Kabila pour aplanir les divergences sur plusieurs couacs au niveau de la coalition FCC-CACH, dont les 3 propositions de lois Minaku et Sakata, le cas Tunda et l'entérinement de Ronsard Malonda comme délégué des confessions religieuses à la présidence de la Céni.

Mais hors du brouhaha politique, il y a également les stress qui entourent les morts en série dans l'entourage du président de la République. En l'espace d'une année, le chef de l'État a perdu plus de 20 collaborateurs à la présidence de la République, certains parmi ses proches parents.

En tant qu'être humain, fait de chair et de sang, il est donc normal que Félix Tshisekedi aille se faire examiner. Surtout qu'il doit être toujours au point afin de braver le climat tumultueux qui prévaut dans l'univers politique congolais.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.