Mali: Le président IBK reçoit des élus contestataires, sans solution à la sortie

Afin de trouver une solution à la grave crise politique que traverse la Mali, le président Ibrahim Boubacar Kéita a reçu mardi 7 juillet des représentants d'une trentaine de candidats aux législatives déclarés élus lors de la proclamation des résultats provisoires par le ministère de l'Administration territoriale, mais par la suite recalés par la Cour constitutionnelle qui proclame les résultats définitifs des élections. La rencontre de mardi n'a pas débouché sur de solutions concrètes malgré des propositions du président malien.

La présidence de la République du Mali les appelle dans un communiqué « le collectif des candidats contestataires des résultats des législatives ». Mais eux préfèrent le titre de « députés élus et spoliés par la Cour constitutionnelle ». Pendant plus de deux heures, leurs représentants ont rencontré le président Ibrahim Boubacar Keïta pour trouver une solution à la crise. Pour le moment, le problème reste entier.

Adama Diarra était membre de la délégation qui s'est rendue au palais présidentiel. « La réunion n'a rien donné de précis en terme de solution, mais il était important que le président de la République puisse échanger avec les acteurs principaux, ceux-là même au sujet desquels la crise est survenue », dit-il.

Mais au cours de la rencontre, le président IBK a évoqué la possibilité de recaser tout ce monde au sein du futur Sénat. Proposition non acceptée. « Le président de la République a évoqué cette question du Sénat en terme de solution politique. Mais nous avons réitéré notre opposition qui est celle d'entrer en possession de nos sièges », poursuit Adama Diarra.

Les discussions se poursuivront avec un médiateur, le Haut Conseil islamique du Mali. Mais pour le moment, il devient clair que le président IBK n'envisage pas dans l'immédiat une dissolution de l'Assemblée nationale, alors que l'oppositon durcit le ton.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.