Congo-Kinshasa: IXème Jeux de la Francophonie - Des experts sous-payés et déguerpis des bureaux à Kinshasa

Trois problèmes majeurs bloquent l'avancement des travaux préparatifs des IXème Jeux de la Francophonie prévus en 2022 à Kinshasa. Une enquête nous révèle que les non rémunérations des experts nationaux qui travaillent dans les Commissions préparatoires ; l'insolvabilité de loyer des locaux qui abritent les locaux bureaux du Comité Exécutif ainsi que la délocalisation du site officiel qui devrait accueillir l'organisation des Jeux, sont à la base de cette situation compromettante. D'où, la RDC risque de perdre cette opportunité si les autorités n'y mettent pas du sérieux.

Contrairement à ce que le ministère de la Coopération Internationale en charge de l'organisation raconte à travers les médias, le tableau semble être affreux pour la tenue de cet évènement. Et pourtant, le peuple congolais est derrière le Président de la République qui est résolument engagé pour la réussite des Jeux de la Francophonie.

Surtout que cet événement de grande envergure va non seulement redorer l'image du pays sur la scène internationale mais aussi il va certainement marquer son premier quinquennat au pouvoir.

Des sources sûres renseignent que le Comité Exécutif des travaux préparatoires des Jeux de la Francophonie ne dispose aucun frais pour son fonctionnement, ni à la rémunération.

Chose grave, même les experts qui y travaillent dans différentes commissions, n'ont pas toujours touché leur prime, ni transport, ni honoraire, alors qu'ils font un travail considérable qui est, d'ailleurs, très apprécié par le Comité International.

Au-delà de problème de rémunération des personnels, il nous revient que le Comité Exécutif et leurs experts travaillent depuis un certain temps dans la rue, en quête des bureaux.

Pour cause, ils ont été délogés au mois de mai dernier, de leurs locaux à Gombe par le propriétaire du bâtiment pour non-respect d'engagement en matière de loyer.

Le Comité exécutif dans la rue

Le bailleur est parvenu jusqu'au niveau de sceller les portes d'accès et de confisquer certains objets des bureaux appartenant au Comité Exécutif.

D'après un membre du cabinet du ministère du budget, le gouvernement dans sa ligne des dépenses avait déjà alloué les fonds à la disposition du ministère de la Coopération internationale qui est en charge de l'organisation des Jeux de la Francophonie à Kinshasa. Et cela, depuis le mois de mars 2020 afin de trouver le bâtiment pouvant abriter les bureaux préparatoires des jeux.

Malheureusement, l'enquête démontre que rien n'est encore fait jusqu'à ce jour rien n'est encore fait.

«Avant le confinement les équipes se rencontraient au stade de Martyrs. Présentement avec le confinement, on est en camouflage au stade Tata Raphael, dans les locaux de l'institut National du Sport, où on partage quelques petits espaces », confirme un expert.

Par ailleurs, le débat sur le choix du site principal retenu pour abriter le Village des Jeux de la Francophonie constitue aussi un autre blocage sérieux pour la bonne préparation de cet évènement.

Fikin : Guerre entre deux ministres

On constate une guéguerre entre le ministère de la Culture et des Arts et celui des Sports à cause du lieu qui est sensé accueillir les IXème Jeux. Amos Mbayo, Ministre des sports, tient à la délocalisation du Village au profit du stade Tata Raphael qui est en pleine réhabilitation.

Tandis que son homologue s'y oppose catégoriquement. Pour lui, il n'est pas question de délocaliser les Jeux dans la mesure où le stade Tata Raphaël ne présente aucune garantie sur le plan sécuritaire et environnemental.

Non seulement il prendra encore du temps pour la prospection géographique mais aussi le site ne dispose pas d'espace pour construire les bâtiments pouvant héberger les athlètes et autres participants par rapport aux exigences du Comité international des Jeux de la Francophonie.

Pis encore, on y trouve, de part et d'autre, le centre UJANA qui a un contrat bien signé ; une piscine et un terrain de handball à réhabiliter.

Or, la Foire internationale de Kinshasa (FIKIN) a été l'unique et le meilleur site retenu et approuvé par les experts internationaux pour accueillir les Jeux de la Francophonie dans la Ville métropole.

Jusqu'à preuve du contraire, le choix a été bien précisé dans le cahier des charges signé par le Gouvernement congolais avec l'approbation du Comité International des Jeux de la Francophonie.

Après plusieurs missions d'études, il a été conclu, vu son emplacement géographique et sa superficie, qu'on puisse construire une grande salle de spectacle de 2.000 places dans l'enceinte de la FIKIN.

Que le Village puisse contenir 22 bâtiments de trois niveaux pour l'hébergement de plus de 4.000 personnes (jeunes athlètes et artistes) ainsi que les salles de répétitions et d'entrainements, les parkings, le village de partenaires, les entrepôts...

Evidemment, la maquette du projet sur le site de la FIKIN bénéficie déjà de l'appui du Comité International des Jeux de la Francophonie.

Qui dit mieux ?

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.