Niger: Une quarantaine de gazelles dorcas tuées par des braconniers

Gazelle dorcas

Des braconniers à l'origine du massacre de plusieurs dizaines de gazelles dorcas, une espèce en voie de disparition, dans la réserve naturelle de Termit et Tin-Toumma, au nord-est du Niger, ont été arrêtés.

Les quatre braconniers, tous des jeunes ont été présentés au responsable régional de Zinder en même temps que leur produit de chasse illégale : 28 têtes de gazelles dorcas et 20 carcasses de viande séchée de gazelle, des peaux de gazelle ainsi que leurs motos.

Au total, selon les services de l'environnement de Zinder, les quatre braconniers ont à eux seuls tué 40 gazelles dorcas. Cet animal est la plus petite antilope qui reste en vie dans les zones sahéliennes et sahariennes. Cette espèce rare et protégée est la plus chassée dans cette partie de la réserve de Termit et Tin-Toumma. C'est pour mieux protéger cette faune que l'État du Niger a concédé la gestion de la réserve à l'ONG Noé pour une période de 20 ans.

Des forestiers trop peu nombreux

Selon plusieurs observateurs, l'arrestation de ces braconniers n'est qu'une partie visible de l'iceberg. Très peu nombreux, les forestiers n'arrivent pas à occuper suffisamment le terrain. Du coup, plusieurs dizaines de gazelles sont capturés par ces mêmes braconniers et vendues dans certaines villes du Niger et même à l'extérieur.

C'est aussi sans compter sur l'existence de plusieurs marchés clandestins de vente de viande séchée de gazelle, une viande très prisée extrêmement recherchée par une certaine classe bourgeoise dans les grandes villes.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.