Burkina Faso: Démantèlement réseau de faussaires - Faux documents, vrais ennuis

La cellule criminelle de la section de recherches de la 3e région de gendarmerie de Ouagadougou a donné rendez-vous aux médias le 7 juillet 2020 dans ses locaux.

Il leur a été fait à cette occasion le point sur les combines d'un réseau de faussaires en écriture publique, dont 13 des membres ont été interpellés à la faveur d'une enquête toujours en cours.

Professionnels, les membres de ce réseau de faussaires le sont assurément, au regard de leur mode opératoire expliqué aux journalistes par le commandant de la section de recherches de Ouagadougou, le chef d'escadron Adama Sawadogo, et ses hommes.

Tout a commencé après un soit-transmis du procureur du Faso, près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou (TGO), à la suite d'une lettre-plainte d'un directeur général (DG) d'un service public de la place, motivée par des recommandations de son ministre de tutelle, contre X pour faux et usage de faux en écriture.

La cellule criminelle de la section de recherches de la 3e région de gendarmerie de Ouagadougou est ainsi alertée. Une enquête minutieuse est aussitôt ouverte pour mettre le grappin sur les éventuels présumés auteurs du délit.

Un individu dont l'identité exacte n'a pas été révélée, directeur d'une entreprise de la capitale, est arrêté. Sans détours, celui-ci reconnaît les faits et dénonce ses acolytes qui connaîtront le même sort que lui et tous sont gardés à vue.

Histoire : Courant novembre 2018, le directeur incriminé, pour donner des ailes à ses affaires, décide de contracter un prêt auprès d'une institution financière basée à Ouagadougou. Pour parvenir à ses fins, il monte un marché fictif au nom d'un service étatique au profit de son entreprise.

Le faux en écriture publique est utilisé pour apposer de faux cachets et de fausses signatures, en lieu et place du DG et du directeur de l'Administration et des Finances du service étatique en question. Un huissier a été sollicité pour assurer la garantie du faux dossier d'offre de marché public.

Une somme de 28 700 000 F CFA a été décaissée par la structure financière ciblée par les falsificateurs à Ouagadougou, laquelle a attendu en vain le virement de 43 816 000 F CFA représentant le montant total des prestations de services du soi-disant marché pour le compte du service public concerné.

La banque finit par adresser une correspondance au DG du service public qui tombe alors des nus, puisque n'ayant jamais constitué de dossier du genre.

Sans attendre, il porte plainte pour faux et usage de faux en écriture devant le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou courant avril 2020.

Les investigations judiciaires, toujours en cours, de la cellule criminelle de la section de recherches de Ouagadougou ont permis d'interpeller en tout 13 personnes.

Le chef d'escadron, Adama Sawadogo, attire l'attention des vaillantes populations et des structures de l'Etat sur les pratiques illégales de profession et la confection de faux documents.

Tout en remerciant tous ceux qui ont collaboré avec la gendarmerie nationale au démantèlement du réseau, il invite les populations à plus de vigilance et à une plus franche collaboration avec les services de la police et de la gendarmerie nationales.

Elles peuvent, pour ce faire, appeler gratuitement le Centre national de veille et d'alerte au 10 10, la gendarmerie au 16 et la police au 17.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.