Madagascar: Menabe Antimena - Des squatteurs expulsés

L'aire protégée Menabe Antimena a une superficie de 210 000 Ha dont 44 000 Ha de noyau dur.

Avec l'inexistence de politique d'accueil, la non maîtrise des flux migratoires constitue une des premières causes de la dégradation des aires protégées du pays. Le cas de Menabe Antimena en est un parmi tant d'autres. Les migrants se réfugient dans la forêt pour y développer des activités économiques comme l'agriculture ou encore pour exploiter les ressources naturelles. Une descente sur terrain effectuée par Vahinala Raharinirina, ministre de l'environnement et du développement durable et son équipe a ainsi permis de mettre en place des solutions ainsi que d'en proposer des pistes d'issus pouvant changer la donne.

Une collaboration entre le ministère de l'environnement et du développement durable et la région Menabe a par exemple permis d'expulser ceux qui ont élu domicile dans l'aire protégée. Les migrants pourraient également être rapatriés dans leur région d'origine s'ils le voulaient. Ce, grâce à un projet initié par l'Organisation Internationale de la Migration qui en plus de prendre en charge le « retour au pays » des personnes concernées devrait également les y bénéficier d'activités de subsistance.

Doléances. Profitant du passage de la ministre de l'environnement et du développement durable, habitants des communes situées aux abords de l'aire protégée Menabe Antimena ont demandé à ce que l'Etat leur dote de terrain agricole où ils pourraient continuer leurs activités. Doléance dont la validation devrait se faire au niveau du gouvernement et en fonction de l'approche inter ministérielle. Tout comme la recherche et l'identification des terrains devant être affectées aux activités agricoles des populations. Ce qui est pour le moment sûr c'est que si la doléance obtient l'aval du gouvernement, les terrains destinés à l'agriculture se trouveront en dehors de l'aire protégée Menabe Antimena. Vahinala Raharinirina d'interpeller l'importance d'appuyer techniquement les populations concernées dans le développement de leurs activités agricoles.

Par ailleurs, l'existence d'un task force Menabe qui a pour mission d'informer, de sensibiliser et d'échanger avec la population ainsi que de créer des activités génératrices de revenus à long terme pour la population a également été avancée lors de la descente sur terrain menée par la ministre de l'environnement et du développement durable. La lutte pour la protection de l'environnement requiert la prise de responsabilité de tout un chacun. Ce ne serait qu'en combinant les efforts et en les coordonnant que les acteurs pourront atteindre leur objectif.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.