Burkina Faso: Relevé bimestriel des index des compteurs d'eau - « Le projet n'est pas bien mûri », estime la Ligue des consommateurs

Pour les conférenciers, le budget de la campagne s'élève à plus d'un million F CFA et va durer autant que la ligue disposera de moyens.

La Ligue des consommateurs du Burkina (LCB) et Afrique contre le tabac (ACONTA) ont lancé, le mardi 7 juillet 2020 à Ouagadougou, une campagne de communication contre la COVID-19, au cours d'une conférence de presse. Des questions d'actualité ont été par ailleurs abordées.

A la date du 4 juillet 2020, le Burkina Faso était à 90 cas actifs de la COVID-19. Un retour de la maladie qui pourrait être fatal, selon la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB) et Afrique contre le tabac (ACONTA).

C'est la raison pour laquelle, ces deux structures ont lancé, le mardi 7juillet 2020 à Ouagadougou, une campagne de communication contre la COVID-19, en présence des hommes de médias.

Une campagne qui va permettre aux populations de rester vigilantes et d'interrompre le circuit de transmission et de contamination, à travers la production de capsules vidéo de sensibilisation sur la maladie, la production de supports de communication audio et des émissions radio et télé.

« Nous n'avons pas attendu la fin de la COVID-19 pour lancer cette campagne, car nous avons initié une quête qui nous a permis d'avoir un millier de cache-nez que nous avons remis au comité national de gestion de la maladie à coronavirus», a rappelé le président de la LCB, Dasmané Traoré.

Il a signifié que la peur qui anime aujourd'hui tout le monde, c'est le retour probable de cette maladie, lié au relâchement du respect des mesures-barrières. De l'avis du coordonnateur de ACONTA, Salif Nikièma, la lutte contre la COVID-19 doit être une lutte de longue haleine et la sensibilisation doit être continue.

Il faudra, selon lui, que la population croit à l'existence de cette pandémie. A la question des journalistes de savoir l'intérêt de ACONTA, reconnue dans la lutte contre le tabac et maintenant engagée contre la COVID-19, M. Nikièma a répondu qu'il n'y a pas une association typique, qui s'est engagée à "stopper' cette maladie. « Tout le monde a été interpellé à se lancer dans la lutte.

Dans les jours à venir, ACONTA sera sur le terrain et elle va beaucoup communiquer sur le lien entre COVID-19 et tabagisme », a-t-il confié.

Continuer à protéger le consommateur

Et d'ajouter que de nombreuses études ont été menées par l'industrie du tabac pendant cette pandémie, pour faire croire aux populations que la nicotine serait efficace contre la maladie.

Pour lui, ces propos sont une invite aux jeunes et aux fumeurs à fumer plus. « Nous avons réagi au niveau de l'OMS, qui a démenti ces propos.

Au contraire, la cigarette affecte le système respiratoire et si par malchance le fumeur est atteint de la COVID-19, il peut développer la forme grave », a averti le coordonnateur Nikièma.

Par ailleurs, le président de la LCB, Dasmané Traoré, a noté que la ligue va continuer à mener des activités pour la protection du consommateur.

Revenant sur les actions entreprises par l'ONEA en matière de relevé bimestriel des index des compteurs d'eau, M. Traoré a indiqué que de nombreuses plaintes ont été enregistrées et le nombre des abonnés est passé de 45 mille à pratiquement 168 mille en deux ans.

« La LCB a exprimé son inquiétude à l'ONEA, car le projet n'est pas bien mûri. Une expérimentation à Ziniaré dans la région du Plateau central pour couvrir ensuite tout le territoire n'est pas suffisante », a-t-il déploré.

Il a souligné que la ligue a élaboré un projet, afin de former ses membres, pour mieux comprendre ce dispositif mis en place par l'ONEA.

« Nous avons appris que les compteurs de l'ONEA ont été piratés et l'office a décidé que toutes les factures des mois d'avril et de mai sont suspendues. Nous avons insisté qu'il fasse une communication pour expliquer ces faits à la population », a fait savoir M. Traoré.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.