Burkina Faso: Faux monnayage de devises étrangères - Quatre présumés escrocs appréhendés

Le Service régional de la police judiciaire du Centre (SRPJ) a mis la main sur quatre présumés escrocs, spécialisés dans le faux monnayage de devises étrangères. Il les a présentés à la presse, dans la matinée du mardi 7 juillet 2020 à Ouagadougou.

T.F., C.S.M., S.M. et B.A.O., quatre personnes spécialisées dans l'escroquerie via le faux monnayage de devises étrangères (dont une femme) sont « en fin de parcours». Tous de nationalité étrangère, ils ont, en effet, été appréhendés par le Service régional de la police judiciaire du centre (SRPJ) qui les a présentés à la presse dans la matinée du mardi 7 juillet 2020. Aux dires du commissaire principal Sayibou Galbané, par ailleurs chef du SRPJ, une dizaine de centres commerciaux a été la cible de ce réseau d'escrocs et un total de 161 faux billets de 100 dollars US (16 100 dollars), 19 billets de 100 euros et 23 billets de 50 euros soit 3050 euros ont été échangés auprès des victimes.

A ses dires, les sommes perçues par la bande sont estimées à 7 800 000 F CFA dont 3 millions F CFA déjà transférés à Bamako. Au moment de leur interpellation, a-t-il indiqué, de nombreux objets ont été saisis en leur possession. Il s'agit de 121 faux billets de banque en coupures de 100 dollars, 29 billets de 100 euros, 43 billets de 50 euros, 1 490 000 F CFA, 82 pounds soudanais et 5 500 francs guinéens. Mais quel était leur mode opératoire ? De ce qu'a dit le commissaire Galbané, T.F. et C.S.M. sont arrivés à Ouagadougou en provenance de Conakry via Bamako, le 2 juin 2020, avec en leur possession, environ 150 faux billets de 100 dollars US, soit 7 500 000 F CFA.

Une fois dans la capitale burkinabè, a ajouté le chef du SRPJ, ils ont été accueillis par leurs

Le 4e présumé escroc, absent lors de sa présentation à la presse, est également à la disposition de la police, selon les conférenciers.

complices et compatriotes S.M. et B.A.O. qui leur ont trouvé un domicile dans un quartier périphérique de la ville. En prélude à leur forfait, a-t-il détaillé, ils ont pris le soin de localiser les grands centres commerciaux du centre-ville, notamment ceux gérés par les membres de la communauté libanaise. « Pour le passage à l'acte, le groupe rejoint à bord d'un taxi le centre commercial ciblé pour le guet. Ainsi, T.F. et C.S.M. feignent de faire de gros achats avant de signaler qu'ils ne disposent que de dollars pour le règlement. Lorsque le vendeur montre un intérêt pour cette devise, ils trouvent un prétexte quelconque pour annuler l'achat tout en sollicitant l'aide du vendeur afin d'échanger les dollars en monnaie locale pour leurs besoins à Ouagadougou.

Lorsque le vendeur accepte la proposition, ils renchérissent en lui proposant plus », a-t-il détaillé. Par ailleurs, pour crédibiliser leur supercherie, a souligné le commissaire, la stratégie de la bande consistait à mêler aux changes, de vrais billets d'euros et au besoin, en effectuant des commandes non payées en promettant de repasser prendre livraison. Les sommes en F CFA ainsi obtenues étaient alors transférées immédiatement au Mali. Sans se jeter des fleurs, le premier responsable de la SRPJ a salué le dynamisme des enquêteurs qui ont su mener avec tact les investigations.

Toute chose qui a permis, s'est-il réjoui, de mettre la main sur ces délinquants qui ont, selon ses dires, opéré dans plusieurs pays de la sous-région comme le Mali, le Togo, le Sénégal. Il a également félicité et traduit sa reconnaissance à la population dont la collaboration a été d'un soutien « inestimable » à l'enquête.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.