Sénégal: Gestion de la COVID-19 - La Ld debout dénonce le «virus de la mal gouvernance»

Les responsables de la Ligue Démocratique Debout (Ld Debout) ont dressé un tableau sombre de la gestion de la pandémie du coronavirus par le régime en place dans un mémorandum rendu public hier, mardi 7 juillet. Dans leurs recommandations, en plus du contrôle exigé par l'Assemblée nationale de tous les actes de gouvernance posés par Macky Sall et ses ministres, ils ont demandé également la rationalisation de certaines dépenses en vue de l'orientation des ressources vers la gestion de la Covid-19.

Dans ce document intitulé : «La mal gouvernance à l'épreuve de la guerre contre le coronavirus au Sénégal», la Ld Debout a passé au peigne fin les différentes mesures prises par le régime en place dans le cadre de la gestion de cette pandémie dont le bilan depuis le 2 mars dernier à la date d'hier, fait état de 7547cas positifs dont 5023 guéris, 137 décédés, 1 évacué (finalement décédé en France) et 2386 patients sous traitement.

Sur le plan de la gouvernance, les responsables de ce courant de frondeurs de la Ligue démocratique ont notamment tenu à déplorer le tâtonnement et le pilotage à vue du président Sall et son gouvernement pendant la mise en œuvre des mesures qu'ils avaient eux-mêmes édictées. Se disant scandalisés de «constater que, même dans des moments qui peuvent être assimilés à une période de guerre, le virus de la mal gouvernance continue de circuler dans le sang de Macky Sall et ses alliés», ils invitent ainsi tous les patriotes et démocrates du pays à rester vigilants pour exiger, avec cette «fin de validité de la loi d'habilitation, le contrôle de tous les actes de gouvernance posés par Macky Sall et ses ministres».

Notamment le ministre Mansour Faye dont ils exigent d'ailleurs «l'audit de toutes les opérations réalisées avant l'installation du Comité, en particulier des marchés relatifs à l'acquisition et à la distribution des produits alimentaires (riz, sucre, etc.)». Mais aussi son collègue de la santé qui s'est permis, selon la Ld Debout, «de se substituer à la Pharmacie nationale d'approvisionnement pour commander directement des masques, thermo flashs, gants et autres équipements de protection, pour une valeur de 2 milliards de F CFA, dans des conditions très opaques qu'il faudra élucider».

Et pour faire face à cette maladie qui continue de se propager, les responsables de la Ld Debout ont formulé un certain nombre de recommandations. Il s'agit entre autres, d'évaluer l'état d'urgence en vue de déterminer les rapports coûts méfaits / bénéfices aux plans sanitaire, économique et social.

Réviser la clé de répartition du fonds « Force Covid-19 » en privilégiant les investissements en santé, éducation et en soutenant conséquemment les secteurs impactés par la crise (tourisme et artisanat, transports, agriculture, avec une considération particulière pour le monde rural et le secteur informel).

Ou encore de reverser les fonds politiques du président de la République et du Président de l'Assemblée nationale au Fonds de Covid19. Il est aussi question pour eux de réduire les salaires du président de la République, et rationaliser les effectifs des Ministres, des Directeurs généraux et des présidents de Conseil d'administration. Et tout autant de « dissoudre les institutions budgétivores, lieu de recasement d'une paresseuse et inutile clientèle politique, telles le Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT) et la Commission Nationale du Dialogue des Territoires (Cndt) ».

Et de reprendre en mains le pilotage de la guerre sanitaire parla mise effective en place d'un conseil pluridisciplinaire en appoint au Gouvernement pour mieux analyser la crise et en proposer des mesures palliatives pour ne citer que celles-là.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.