Afrique de l'Ouest: Rapport sur les fintechs inclusives en Afrique francophone - Le Sénégal arrive en 2e position après la Côte d'Ivoire

«La Côte d'Ivoire avec 37 FinTechs, et le Sénégal avec 24, restent en tête de la région en termes de croissance et d'investissement dans le secteur ». C'est le résultat d'une étude intitulée« FinTechs inclusives en Afrique francophone » menée par le cabinet d'étude MicroSave sur six pays d'Afrique francophone (Bénin, Côte d'Ivoire, Mali, RD Congo, Sénégal, Togo).

Présentée hier, mardi 7 juillet, lors d'une conférence de presse virtuelle, l'étude montre que ces « FinTech qui désignent les entreprises en phase de démarrage (« start-ups ») axées ou fondées sur la technologie, qui utilisent ou fournissent des technologies modernes et innovantes dans le domaine financier », se concentrent principalement sur la facilitation de la distribution des offres de services financiers.

Mieux, indique le rapport, 17 sur 24 sont spécialisées dans le paiement numérique au Sénégal. Le rapport ajoute que « depuis 2014, les start-ups FinTechs du Sénégal ont connu une croissance régulière et la majorité d'entre elles sont dirigées par des hommes jeunes et 30 % de l'écosystème sénégalais est composé de femmes ».

Sur ce, Dakar se classe au neuvième rang du classement des villes africaines du Global FinTech Index 2020. Selon la Responsable Communication Marketing chez MicroSav, Rebecca Szantyr, « le gouvernement du Sénégal soutient et souhaite accélérer le développement des industries digitales et de l'écosystème entrepreneurial, mais ces entreprises ont besoin d'accéder à des financements et à du personnel qualifié ».

Selon l'étude, « le constat général est que les FinTechs continuent à se développer, que les entreprises sont prêtes à innover et elles ont toutefois besoin d'un coup de pouce en Afrique francophone notamment, qui accuse du retard par rapport à l'Afrique anglophone ».

Toutefois, précise le rapport, « les pays francophones couverts par cette étude sur les FinTechs se trouvent au début de cette évolution et auront besoin du soutien des banques centrales, des gouvernements, des investisseurs, des donateurs, des entreprises, des mentors et des entrepreneurs pour faire progresser le secteur de façon collective ». Dans son étude, le cabinet d'étude MicroSave a également constaté que « les FinTechs apparaissent comme une solution idéale pour l'inclusion financière des populations africaines se trouvant hors du système bancaire formel ».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.