Niger: Le FIDA investit 77,7 millions d'EUR au Niger pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la résilience face aux changements climatiques

communiqué de presse

Rome, le 6 juillet 2020 - Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a annoncé aujourd'hui le lancement d'un nouveau projet qui permettra d'accroître le soutien apporté à quelque 210 000 ménages ruraux pauvres au Niger qui sont vulnérables aux chocs climatiques et à l'insécurité alimentaire.

La population nigérienne, essentiellement rurale, vit du petit élevage et de l'agriculture familiale. Ce type d'agriculture emploie 85% de la population active et représente 43,4% du produit intérieur brut. Il est essentiel d'améliorer la production agricole à petite échelle et d'accroître la productivité pour passer d'une agriculture de subsistance à une production commerciale, si l'on veut réduire la pauvreté et renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les zones rurales.

En raison de la pandémie de COVID-19 et des mesures prises pour y faire face, la situation a pris une nouvelle dimension. Le pays présentant déjà des vulnérabilités, la crise fait peser une véritable menace sur les moyens d'existence, en particulier des petits exploitants agricoles, et ses conséquences néfastes risquent de se prolonger si on n'investit pas concrètement dans le secteur agricole.

"Le projet PRECIS arrive à point nommé", a déclaré le directeur de pays pour le Niger, Jakob Tuborgh. "La COVID-19 menace les objectifs ambitieux fixés par le Gouvernement en matière de réduction de la pauvreté. Ce nouveau projet permettra de traiter la grande question de l'insécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger et de créer des emplois pour les jeunes ruraux, tout en contribuant à la réalisation de plusieurs objectifs de développement durable".

Le Président du FIDA, Gilbert F. Houngbo, la Ministre nigérienne du plan, Aïchatou Boulama Kané, et le Ministre nigérien des finances, Mamadou Diop, ont signé par correspondance l'accord de financement concernant le Projet de renforcement de la résilience des communautés rurales face à l'insécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger (PRECIS).

D'un montant de 172,1 millions d'EUR, ce projet s'adressera en priorité aux jeunes et aux femmes, qui sont particulièrement vulnérables aux changements climatiques et à d'autres chocs. L'objectif du projet est de les aider à accéder à des emplois ruraux prometteurs, à augmenter leurs revenus et à renforcer leur résilience. L'action menée dans le cadre du projet se répercutera sur l'ensemble des objectifs de développement durable (ODD), notamment l'ODD 1 (pas de pauvreté) et l'ODD 2 (faim zéro), mais aussi l'ODD 5 (égalité des sexes et autonomisation des femmes) et l'ODD 6 (eau propre et assainissement).

Le projet PRECIS visera à promouvoir la culture du maïs, du millet, du riz et du sorgho, et à développer le maraîchage, l'aviculture et le petit élevage. Afin d'atténuer les effets de la désertification et des changements climatiques, le projet mettra aussi l'accent sur l'utilisation de solutions techniques au service d'une gestion durable de l'eau et des ressources foncières. Il permettra de remettre en état et de construire des infrastructures destinées à faciliter l'accès aux marchés, afin que les agriculteurs puissent vendre leurs produits.

Le FIDA participera au financement du projet par un prêt de 56,7 millions d'EUR et un don de 21 millions d'EUR. La contribution du Gouvernement nigérien s'élève à 26,3 millions d'EUR, auxquels s'ajoutent 4,9 millions d'EUR apportés par les bénéficiaires. Des accords pour l'octroi d'un cofinancement additionnel d'environ 63 millions d'EUR sont en cours d'élaboration avec d'autres partenaires de développement. Le projet sera mis en œuvre dans les régions de Dosso, Maradi, Tahoua et Zinder et couvrira 186 municipalités.

Le PRECIS permettra de renforcer les capacités des petits agriculteurs et de leurs organisations dans les domaines suivants: production, stockage et transformation de produits périssables; pratiques en matière d'alimentation, de bonne nutrition et d'hygiène. On espère que ces mesures permettront d'assurer la disponibilité des denrées alimentaires pendant la "saison de la faim".

Le projet visera à promouvoir la formation professionnelle et l'entrepreneuriat rural pour les jeunes, ainsi que la création d'emplois dans le secteur agropastoral. Les activités menées cibleront les éleveurs transhumants (Touaregs nomades) et les personnes handicapées.

Un accent particulier sera mis sur les activités d'alphabétisation et des formations interactives seront organisées sur les questions du genre et la promotion des femmes à des postes de direction. Le projet incitera également les institutions financières rurales à créer des produits répondant aux besoins des petits exploitants agricoles.

Depuis 1980, le FIDA a investi 350,7 millions d'USD dans 14 projets et programmes de développement rural menés au Niger, d'une valeur totale de près de 746,1 millions d'USD. Ces programmes ont bénéficié directement à 1 252 922 ménages ruraux.

Communiqué de presse n°: IFAD/30/2020

Le FIDA investit dans les populations rurales en dotant celles-ci des moyens de réduire la pauvreté, d'améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition, et de renforcer la résilience. Depuis 1978, nous avons octroyé environ 22,4 milliards d'USD sous la forme de dons et de prêts à faible taux d'intérêts en faveur de projets qui ont bénéficié à quelque 512 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et une institution spécialisée des Nations Unies dont le siège est à Rome -- centre névralgique des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

A La Une: Aliments et Agriculture

Plus de: IFAD

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.