Cote d'Ivoire: Décision de destruction des maisons construites sur les voies d'eau/Soumahoro Ben N'Faly - « Ce que nous demandons au gouvernement »

Soumahoro Ben N'Faly, président de la Coalition nationale des consommateurs de Côte d'Ivoire SOS vie chère (CNOC-CI) interrogé lors d'une rencontre le samedi 4 juillet 2020 a exigé des sanctions directes à l'encontre des responsables administratifs qui délivrent les autorisations de construire sur les sites non réglementaires.

« Il faut identifier et sanctionner les responsables administratifs qui favorisent les constructions sur les sites interdits », a souhaité Soumahoro Ben N'Faly .

Pour Soumahoro Ben N'Faly, la décision du Conseil des ministres de casser les maisons construites sur les voies d'eau ne va pas régler durablement la question des inondations. Il a indiqué que le gouvernement doit aller au-delà.

« J'ai applaudi le Conseil des ministres extraordinaire où le Président de la République a bien compris le cri de cœur de la population en donnant des instructions de faire enlever tous les ouvrages qui se trouvent sur les passages d'eaux.

Cette décision nous sied et nous attendons l'exécution effective de cette décision. Pour moi, il faut situer les responsabilités même si les ouvrages sont détruits. Car, ceux qui ont construit les ouvrages sur le passage d'eau ne l'ont pas fait d'eux-mêmes. Ils ont été autorisés pas quelqu'un.

Sur quelle base cette personne s'est basée pour donner une autorisation pour le passage d'eau ? Ceux qui ont en charge de contrôler les anomalies, pourquoi ils ont laissé faire jusqu'à ce que les gens viennent habiter dans ces maisons et jusqu'à ce qu'il y ait des morts.

Pour moi, ceux qui ont autorisé, et ceux qui ont en charge le contrôle doivent tous être sanctionnés avec la dernière énergie et débarqués de leurs postes. Ils doivent passer devant les tribunaux.

Pour moi, la destruction est une satisfaction totale à moitié mais ma satisfaction va être totale lorsque les individus qui ont autorisé les personnes à construire sur les passages d'eaux seront sanctionnés sévèrement.

Cela va donner à réfléchir à ceux qui ont encore envie d'autoriser les gens à s'installer sur le passage d'eau », a-t-il souligné.

Ben Faly a estimé que les inondations sont fréquentes en raison de l'impunité dont bénéficient , selon lui, ces responsables administratifs. « Il y'a eu 2014, 2018 et 2020, et c'est pour cela je dis que cette fois-ci, il ne suffit pas seulement d'enlever les ouvrages, mais il faut aussi situer les responsabilités.

Il faut sanctionner sévèrement les responsables, il faut qu'ils partent en prison. Ils sont cachés dans l'ombre et dès que la période de pluie va passer, ils vont autoriser encore les gens à s'installer sur le passage d'eau. Ils n'ont pas de parapluie atomique. Ce sont des délinquants. Ils ne sont pas protégés, il faut les démasquer ».

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.