Gambie: L'arrestation de Madi Jobarteh pour ses critiques suscite l'incompréhension

Plusieurs organisations de la société civile se mobilisent pour dénoncer les violations de la liberté d'expression. Avec un cas emblématique : l'interpellation il y a une semaine, d'un militant respecté des droits de l'homme. Pour de nombreux observateurs, cette arrestation est un signal négatif lancé par les autorités, pourtant engagées à fonder « une nouvelle Gambie », sous l'impulsion d'Adama Barrow.

Madi Jobarteh a été interpellé le 1er juillet, suite à des déclarations critiques envers les lenteurs prises dans les enquêtes sur les violences policières. Ce leader de la société civile, qui travaille notamment sur la bonne gouvernance, est accusé de diffusion de « fausses informations ».

Un fait qui rappelle l'ère de la dictature de Yaya Jammeh pour son volet répressif. D'où cette mobilisation, quasi quotidienne, de plusieurs dizaines de militants et journalistes devant le commissariat de police. Une manière de dénoncer ces dérives.

« Ces accusations ne cadrent pas du tout avec la nouvelle démocratie prônée par les autorités. Tout ceci nous rappelle le passé : on exprime notre opinion dans les médias, puis la police nous convoque pour nous interroger. Madi Jobarteh est accusé d'avoir diffusé de fausses informations. Ces accusations émanent d'anciennes lois issues de la dictature. On ne peut pas les laisser continuer à harceler les citoyens », réagit John Charles Njie, le president des organisations de la société civile.

Au début de son mandat, Adama Barrow avait promis de réformer plusieurs lois liberticides héritées de l'ancien régime. Un projet de loi favorisant la liberté d'expression est actuellement débattu au Parlement, mais les réformes tant désirées depuis 2017, tardent à être adoptées.

De son côté, Madi Jobarteh doit être à nouveau auditionné par la police lundi, avant d'être éventuellement présenté à un juge, qui décidera ou non de confirmer les poursuites.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.