Congo-Brazzaville: Détention du général Mokoko - Ses avocats en appellent à la France

Ils en appellent cette fois à la France. Le collectif d'avocats de l'opposant Jean-Marie Michel Mokoko demande à Paris d'intervenir auprès des autorités congolaises pour permettre son évacuation sanitaire dans l'Hexagone. Ils disent avoir saisi le Quai d'Orsay ce mercredi à ce propos.

Le général Mokoko, 73 ans, ex-candidat à la présidentielle de 2016 et emprisonné depuis, se trouve depuis une semaine à l'hôpital militaire de Brazzaville. Il souffrirait d'une crise de paludisme aiguë aggravée par de l'hypertension et ne recevrait pas les soins appropriés, selon ses proches.

« On demande à la France d'intervenir auprès des autorités congolaises pour proposer une intervention pour un rapatriement sanitaire de Jean-Marie Michel Mokoko, de dire que la France serait prête à l'accueillir pour le soigner correctement », explique Etienne Arnaud, l'un des avocats de son collectif, joint par Florence Morice du service Afrique de RFI. La France avait déjà manifesté, par la voix de son ministère des Affaires étrangères son inquiétude, rappelle l'avocat « puisqu'il s'agissait d'un opposant politique qui avait été placé en détention pour des motifs qui ont été par la suite jugés complètement arbitaires par les Nations unies ».

Etienne Arnaud, avocat de Jean-Marie Michel Mokoko: «Comme monsieur Mokoko a été formé en France, on a voulu que la France intervienne pour faire bouger les choses»

Florence Morice

Toujours pas de réaction officielle côté congolais. Une source gouvernementale congolaise interrogée par RFI qualifie cependant cette démarche des avocats du général « d'infondée pour un individu qui a été condamné » à une peine de vingt ans. « Depuis qu'il est en prison sa défense chercher moindre prétexte pour tenter obtenir son élargissement », a ajouté cette source gouvernementale.

Pas de commentaire du côté Quai d'Orsay à ce propos mercredi soir. Un porte-parole disant n'avoir aucune information sur le sujet à ce stade.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.