Madagascar: Reconfinement dans la capitale - Les instructions pas vraiment suivies

Face à la propagation du Coronavirus qui ne cesse de gagner du terrain ces derniers temps, notamment à Antananarivo, le pouvoir central a pris la décision de procéder à un reconfinement de la capitale.

Trois jours après ces dispositions prises par l'Etat, force est de constater que les instructions ne sont pas vraiment suivies, du moins jusqu'à 14h. En effet, l'indiscipline et l'insouciance règnent dans la ville des Mille. Si le port du cache-bouche a été respecté en général, ce ne fut pas le cas pour la distanciation physique de 1mètre. Sans parler des gens qui circulent dans les rues pour on ne sait pas quoi, ainsi que les embouteillages comme si la situation était la même qu'avant la pandémie. Sur ce dernier point, les barrages érigés par les forces de l'ordre créent des embouteillages monstres. Pour ne parler que de ce qui se passe au rond point à Ankazomanga où les voitures n'ont pas le droit d'emprunter la route menant vers Antanimena ; ce qui fait qu'elles sont obligées de faire un détour qui occasionne des dépenses en plus du carburant. Au niveau du Sénat à Anosy, pour éviter les barrages, plus précisément pour ne pas rentrer dedans, les voitures sont contraintes de rouler sur les trottoirs.

Dispositions. Toujours à propos de ce reconfinement, les récents conseils des ministres ont pris notamment des dispositions comme la fermeture de toutes les entrées et sorties de la ville. En outre, le transport des dépouilles mortelles vers les autres régions est interdit. Pour ce qui est des voitures légères, elles peuvent circuler jusqu'à 14h. Les autres dispositions qui portent également sur les évènements sportifs, culturels, ainsi que les cultes sont suspendues. Si, auparavant, les réunions et attroupements ne dépassant pas 50 personnes sont acceptées, ce n'est plus le cas actuellement avec ce reconfinement. Tous les magasins et commerces qui ne fournissent pas les services essentiels doivent fermer leurs portes. Seuls les grandes surfaces, les pharmacies et les services de santé sont autorisés à ouvrir. A ceux-ci s'ajoutent les épiceries qui distribuent les PPN. Ceux-ci peuvent ouvrir de 6h à midi. Chose curieuse, toutefois, les rues commencent à être désertées à partir de 14h. Et c'est rare de croiser un passant à partir de 17h, du moins dans les axes principaux de la capitale.

Gestes-barrières. Par ailleurs, les tarifs des taxis sont hors de portée pour la plupart des gens. Entretemps, les taxi-be ne peuvent pas circuler. Ce qui fait que les gens soient obligés de marcher. Pourtant, les taxis sont autorisés à circuler même au-delà de 14h pour assurer le transport des malades chez les pharmacies ou à l'hôpital. Malgré tout, ils sont tenus de respecter les gestes-barrières et ne transporter que trois passagers. Le gel est également obligatoire. Enfin, le plus important c'est que leurs véhicules doivent être désinfectés tous les jours. Toujours est-il qu'un centre d'accueil des personnes présentant des symptômes du Coronavirus et des cas suspects a été ouvert au Village Voara à Andohatapenaka. Celui-ci sera ouvert 24h/24 et 7/7 jours. Bon nombre de personnes se sont rendues à ce centre pour savoir si elles sont porteuses ou non de cette maladie. Mais vu le tarif exorbitant des taxis, elles préfèrent s'y rendre à pied avec tout ce que cela suppose pour leur santé.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.