Cameroun: Minedub et Feicom - Partenaires pour une meilleure éducation

Une convention a été signée le 24 juin dernier dans ce sens à Yaoundé, entre le Pr. Laurent Serge Etoundi Ngoa et Philippe Camille Akoa.

L'union fait la force. Et parce que depuis des décennies, le Fonds spécial d'équipement et d'intervention intercommunal (Feicom) œuvre en faveur du secteur de l'éducation, il était bon de formaliser la relation avec l'administration en charge de ce secteur. Le 24 juin dernier, le Pr. Laurent Serge Etoundi Ngoa, ministre de l'Education de base (Minedub), et Philippe Camille Akoa, directeur général du Feicom, ont signé une convention de partenariat liant officiellement leurs deux institutions. C'était à Yaoundé, en présence du représentant du ministre de la Décentralisation et du Développement local.

A travers des faits constants, le Feicom intervient dans la politique éducative. Au niveau de l'éducation de base, en particulier, cette institution est présente depuis des décennies dans les villages et les communes, comme l'a confirmé d'ailleurs, le Pr. Laurent Serge Etoundi Ngoa, qui a, dans ses propos, reconnu l'investissement du Feicom sur les plans infrastructurel et pédagogique. En formalisant toutes ces activités, le Minedub et le Feicom entendent donner un nouvel élan à leur collaboration. « Le gouvernement donnera de plus en plus d'allocations aux collectivités en attendant que ce rôle devient finalement celui des collectivités territoriales décentralisées, comme le prévoient les dispositions de la loi sur la décentralisation », a précisé Laurent Serge Etoundi Ngoa.

Du côté du Feicom, le directeur général entend à travers cette convention densifier son appui. « L'éducation de base est un secteur très important qui draine 14% du financement du Feicom. C'est un domaine qui passe en premier, avant celui de la santé. Donc nous pensons que travailler dans ce secteur nécessite une formalisation », souligne Philippe Camille Akoa.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.