Bénin: Le pays fait le ménage dans les médias en ligne

Une rédaction de presse en ligne

Les autorités audiovisuelles veulent réguler le seteur. Les médias en ligne doivent obtenir une autorisation pour exister sur la toile.

C'est en partant d'un constat de création tous azimuts de médias en ligne violant des dispositions du code de l'information et de la communication dans le pays, que la Haute autorité de l'audiovisuel et de la communication (HAAC) en est arrivée à prendre cette mesure annoncée ce mardi (07.07.20). Un constat que reconnaissent les acteurs de ce secteur. Chamsdeen Badarou est le président du réseau des promoteurs de web TV au Bénin :

"Il faut assainir ce milieu parce que certains aujourd'hui, avec leur téléphone, pensent qu'ils sont d'office promoteurs ou journalistes, ce qui est grave. Avant d'être journaliste au Bénin, il faut avoir la carte de presse de la HAAC. C'est tout un mélange aujourd'hui dans le domaine."

Organiser le secteur

Toutefois, des démarches avaient été enclenchées en vue d'une organisation de ce secteur, comme l'explique Hervé Darius Hountondji, promoteur de web TV :

"En 2018, il faut le rappeler, la HAAC avait déjà lancé un communiqué pour demander que les médias en ligne fournissent un certain nombre de dossiers pour leur reconnaissance légale. Ce qui a été fait par un certain nombre de médias en ligne. Mais de 2019 à aujourd'hui, on ne sait vraiment pas ce qui s'est passé et la HAAC n'a pas fixé les promoteurs de médias en ligne sur leur sort."

Transition

C'est ce qui explique, selon les promoteurs, l'illégalité dans laquelle exerce la grande majorité des organes en ligne au Bénin. Mais pour Guy Constant Ehoumi, ancien président de l'Observatoire de la déontologie et de l'éthique dans les médias, les organisations des promoteurs auraient dû anticiper la situation et mettre la pression pour arracher leur légalité :

"Nous sommes dans la dynamique de la migration de l'analogie vers le numérique, donc on devrait quand même voir que le temps qu'on vient de passer est un moment d'expérimentation."

Dès ce mercredi (08.07.20), l'absence de la presse en ligne a effectivement été remarquée. Cete absence pourrait avoir de graves impacts, s'inquiète Hervé Darius Hountondji :

"Le président de la HAAC, les conseillers de l'institution et même jusqu'au gouvernement savent qu'aujourd'hui que le monde n'existe pas sans les médias en ligne. L'information se fait par les médias en ligne, c'est nous qui informons en premier lieu. Il est quasi impossible qu'un pays existe et vive sans les médias en ligne."

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.