Ile Maurice: L'ICAC enquête sur une équipe de l'ADSU et deux avocats.

La commission anti-corruption (ICAC) enquête actuellement sur une équipe de l'Anti Drug Smuggling Unit (ADSU) et deux avocats connus suite à une plainte déposée par une habitante de Port-Louis.

Cette directrice adjointe d'une agence de voyage, âgée d'une quarantaine d'années, a affirmé qu'elle a été piégée par les éléments de la brigade anti-drogue et qu'elle a aussi été victime de menace pour qu'elle ne rapporte pas le cas à la police. Deux avocats, qui, selon elle, ont agi de mèche avec les limiers de l'ADSU sont aussi dans le viseur de l'ICAC.

La descente dans l'agence de voyage avait eu lieu il y a trois semaines. Une somme d'environ Rs 9,5 millions avait été retrouvée sur les lieux. La quadragénaire avait expliqué qu'il s'agissait de l'argent provenant de son travail. Mais cependant, dans le rapport officiel, les membres de l'ADSU et leur cheffe n'ont mentionné qu'une saisie de Rs 85 000...

Selon les informations disponibles pour l'heure, la somme initiale de Rs 9,5 M aurait été partagée par cinq limiers et deux avocats. Ayant eu vent du modus operandi de l'équipe, la quadragénaire s'est rendu aux Casernes Centrales pour dénoncer cette équipe et dans la foulée, a porté plainte à l'ICAC.

Selon les recoupements d'information, tout aurait commencé lorsqu'un avocat s'est présenté chez la directrice adjointe de l'agence pour lui proposer de changer des devises étrangères pour lui. Il avait en sa possession la somme de 8 000 livres et Rs 10 000. Par la suite, il devait expliquer à la femme qu'il avait l'équivalent de Rs 9,5M en devises étrangères qu'il doit convertir en roupies. Croyant en sa bonne étoile, la quadragénaire a accepté et elle a demandé de l'aide à des amis afin de réunir cette somme. Une partie de l'argent provenait des billets et des «groups tours» qu'elle aurait vendus avant le confinement.

Deux jours plus tard, le chauffeur de l'avocat débarque dans le local de l'agence de voyage et soutient que son employeur l'a envoyé pour effectuer l'opération. La directrice refuse et lui demande de dire à son employeur qu'il devra venir en personne. A peine le chauffeur sorti que les cinq limiers de l'ADSU ont investi l'agence de voyage et ont fait main basse sur l'argent.

La femme s'est alors rendue au quartier général de la brigade anti-drogue et elle a été informée qu'elle ne sera remboursée que de Rs 5 millions.

Les enquêteurs de l'ICAC ont déjà procédé à une visite dans le bureau de l'agence de voyage. Les images CCTV confirment les dires de la quadragénaire. Les officiers de la commission anti-corruption devront procéder à une vérification des comptes bancaires des personnes impliquées.

Sollicité, un haut gradé aux Casernes Centrales a refusé de commenter et a confirmé qu'une enquête est en cours. Le démantèlement de cette équipe est aussi évoqué avec insistance, surtout que depuis quelques temps, les plaintes contre elle s'accumulent.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.