Sénégal: Conférence de presse du groupe Sedima - Le Cored défend l'accès libre de tous les médias

9 Juillet 2020

Le Conseil pour l'observation des règles d'éthique et de déontologie dans les médias (Cored), demande un accès libre de tous les médias à la conférence de presse du groupe Sedima prévue aujourd'hui. Et ce, conformément aux dispositifs de la Charte des journalistes du Sénégal.

La décision du patron du groupe Sedima, Babacar Ngom, de convier une liste restreinte de médias pour sa conférence de presse prévue cet après-midi n'agrée pas le Conseil pour l'observation des règles d'éthique et de déontologie dans les médias (Cored). Dans un communiqué, le Cored a tenu à rappeler les grands principes qui fondent la pratique du journalisme au quotidien.

Selon cette instance, le rôle du journaliste consiste à collecter, traiter et diffuser sans entrave l'information. Le Cored rappelle qu'au Sénégal, la Charte des journalistes du Sénégal, s'inspirant des Chartes internationales comme celle de Munich (1971), stipule que « le citoyen sénégalais a droit à une information exacte, pluraliste et impartiale en vue de mieux exercer son droit à la satisfaction de ses aspirations ».

Ce droit, explique le Conseil, « pose le principe du libre accès aux médias qui sont des espaces où s'expriment divers groupes, des lieux où les politiques publiques font l'objet de débat, offrant ainsi aux citoyens l'occasion de prendre connaissance des différentes opinions sur les sujets qui l'intéressent ».

Pour le Cored, « la diffusion de la prise de parole de Babacar Ngom, et ce, sur un sujet d'un grand intérêt public, doit être ouverte à toute la presse et non pas réservée à un groupe restreint de médias ». Aussi, pour ce qui est des médias concernés, il « rappelle qu'une éventuelle diffusion rémunérée de cette prise de parole relèverait du publireportage et qu'à ce titre, le public devrait en être informé au cas échéant ».

D'après le Cored, « la déontologie interdit de confondre le métier de journaliste avec celui de publicitaire, et le journaliste ne doit accepter aucune consigne directe ou indirecte des annonceurs ; d'où la séparation, d'ailleurs, au sein de l'entreprise de presse entre la partie rédactionnelle et la partie commerciale ». Non sans appeler « les médias à l'exercice d'un journalisme responsable qui prend en compte le droit du public à une information juste et équilibrée ».

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.