Afrique de l'Ouest: Crash financier

Photo d'illustration
9 Juillet 2020

Combien ont perdu les compagnies ouest-africaines comme Air Côte d'Ivoire, Air Burkina, Air Sénégal et bien sûr Asky ?

Aucune ne communique sur les effets catastrophiques du coronavirus sur leurs activités.

Mais c'est un désastre car plus aucun vol commercial n'est assuré depuis 3 mois.

Asky, qui opère depuis l'aéroport de Lomé, a pu sauver les meubles en assurant du cargo et des rotations pour le compte du PAM (Programme alimentaire mondial).

Mais les revenus générés ne sont évidemment pas suffisants.

Raison pour laquelle tous ces transporteurs militent pour une reprise rapide du trafic avec l'ouverture des espaces aériens.

Les pays de la Cédéao et de l'UEMOA devraient s'entendre pour rouvrir leurs frontières au plus tard fin juillet.

Toutefois, les experts estiment qu'il faudra des mois, sinon des années, pour retrouver les flux de passagers d'avant février 2020.

De nombreux clients redoutent de prendre l'avion par peur d'attraper le virus; d'autres sont réticents à l'idée de faire des test PCR et, le cas échéant, de se retrouver en quarantaine loin de chez eux.

Les compagnies devront s'adapter dans un premier temps en réduisant leur offre afin de voir comment évolue le marché.

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.