Nigeria: Le directeur de l'agence anti corruption dans le collimateur de la justice

Au Nigeria, l'EFCC, l'agence nationale de lutte contre les crimes financiers, est dans la tourmente. Son président Ibrahim Magu a passé les trois dernières nuits dans une cellule de prison à Abuja. Il est visé par une enquête à la suite d'accusations de détournements de fonds.

Le patron de l'agence anticorruption a été interpellé dans son bureau d'Abuja avant d'être placé en détention. Depuis trois jours, les enquêteurs interrogent Ibrahim Magu sur ses activités après une série d'accusations ces derniers mois.

Le ministre nigérian de la Justice soupçonne le président de l'EFCC de s'être approprié des biens saisis pendant des perquisitions.

Un détournement supérieur à 100 millions de dollars américains, selon une note destinée au président Muhammadu Buhari qui a fuité le mois dernier.

Du côté de la présidence nigériane, c'est le silence radio depuis le début de l'affaire. Il faut dire que c'est le chef de l'État qui a nommé Ibrahim Magu à son poste il y a cinq ans alors que la lutte contre la corruption était l'une des priorités affichées par le président Buhari depuis son élection en 2015.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.