Maroc: Le pays rouvre partiellement ses frontières

Avion de la Royal Air Maroc

Les citoyens marocains et les résidents étrangers au Royaume, ainsi que leurs familles pourront accéder au territoire national, à partir du 14 juillet 2020 à minuit par voies aérienne et maritime

Les citoyens marocains et les résidents étrangers au Royaume, ainsi que leurs familles pourront accéder au territoire national, à partir du 14 juillet 2020 à minuit par voies aérienne et maritime, a annoncé mercredi un communiqué du gouvernement marocain à travers le ministère de l'Intérieur, le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger et le ministère de la Santé.

Les compagnies aériennes nationales programmeront autant de vols que nécessaires pour la réussite de cette opération, a indiqué la même source, précisant que les passagers seront tenus de présenter, avant l'embarquement, un test PCR de moins de 48 heures, ainsi qu'un test sérologique.

Le communiqué a relevé également que des bateaux ferrys seront programmés à cet effet, exclusivement à partir des ports de Sète (en France) et de Gene (en Italie), à l'exclusion de tout autre port, ajoutant que les voyageurs de ces ferrys seront tenus de fournir un test PCR de moins de 48 h et de se conformer aux mesures d'hygiène strictes préconisées. Un contrôle PCR pourrait éventuellement être effectué pendant le voyage, selon la même source.

Les Marocains résidant à l'étranger ainsi que les étrangers résidant au Maroc pourront quitter le Royaume, à l'issue de leur séjour, par les mêmes moyens aérien et maritime, a conclu le communiqué.

Le Royaume acquiert le statut de membre observateur au sein de la Communauté andine des nations

Premier pays arabe et africain à bénéficier de ce statut, le Maroc conforte sa position d'interlocuteur privilégié de la région

Le Royaume du Maroc a obtenu le statut de membre observateur au sein de la Communauté andine des nations (CAN), et ce lors de la 20è réunion du Conseil présidentiel andin tenue ce mercredi à Bogotá, annonce le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger.

Ce statut octroyé au Royaume, en tant que premier pays arabe et africain, vient conforter sa position d'interlocuteur privilégié dans la région latino-américaine et consacre son positionnement en tant que partenaire crédible, dans un contexte international marqué par l'interdépendance économique et l'interaction culturelle, indique la même source dans un communiqué.

Cette adhésion permettra de valoriser le processus de rapprochement entre le Maroc et les pays latino-américains, et ce dans le cadre du renforcement de la politique d'ouverture prônée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, rappelant que notre pays bénéficie du statut de membre observateur dans neuf organisations régionales: quatre de nature parlementaire (Parlacen, Foprel, Parlandino, Parlatino), quatre à caractère politique (SICA, OEA, SEGIB, AEC) et l'Alliance du Pacifique à dominance économique, relève le document.

L'arrimage du Maroc à cet ensemble andin qui trouve ses racines dans le patrimoine historique et culturel commun ainsi que l'influence linguistique, constitue, également, une reconnaissance des réformes engagées par le Souverain pour l'édification d'un Maroc moderne et démocratique, souligne-t-on de même source.

La Communauté andine des nations (CAN), fondée en 1997, est un ensemble régional qui compte comme pays membres la Bolivie, le Pérou, la Colombie et l'Equateur représentant environ 23% de la superficie et de la population du sous-continent latino-américain.

Démantèlement d'une nouvelle cellule pro-Daech : Quatre arrestations opérées à Nador

Le ministère de l'Intérieur a annoncé l'arrestation mardi à Nador de quatre membres présumés d'une cellule terroriste liée au groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui voulaient s'attaquer à des sites sensibles.

Les personnes arrêtées, âgées de 21 à 26 ans, avaient "décidé de mener des attaques terroristes visant des sites sensibles dans le Royaume", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Les suspects, "dont le frère d'un combattant de Daech", acronyme de l'EI, "étaient en lien étroit" avec les membres d'une autre cellule démantelée en décembre entre le Maroc et l'Espagne, selon la même source.

L'opération de démantèlement de mardi a été menée par le Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ, antiterrorisme) et les mis en cause ont été placés en garde à vue pour approfondir l'enquête, selon le communiqué.

Epargné ces dernières années par les violences liées aux groupes jihadistes, le Maroc a cependant été le théâtre fin 2018 d'une attaque contre deux touristes scandinaves dans les montagnes du Haut-Atlas.

L'an passé, 79 personnes ont été arrêtées pour des affaires de terrorisme, selon un bilan officiel.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.