Maroc: Le moral des ménages touche le fond

L'indice de confiance enregistre au deuxième trimestre son niveau le plus bas depuis 2008

Le moral des Marocains est à son plus bas niveau depuis 12 ans. Selon les résultats de l'enquête de conjoncture menée par le Haut-commissariat au plan (HCP) auprès des ménages, au deuxième trimestre de l'année 2020, l'indice de confiance des ménages (ICM) est tombé à son plus bas niveau depuis sa création en 2008.

« Les résultats de l'enquête permanente de conjoncture auprès des ménages montrent, globalement, que la confiance des ménages s'est fortement dégradée au deuxième trimestre de 2020 », a indiqué l'institution publique dans une note d'information qu'elle vient de publier.

L'ICM, dont les composantes portent sur la perception par les ménages de l'évolution du niveau de vie, du chômage, de l'opportunité à effectuer des achats de biens durables et de leur situation financière, « s'est établi à 65,6 points, au lieu de 75,7 points enregistrés le trimestre précédent et 74,9 points une année auparavant », a fait savoir le Haut-commissariat de même source.

Dans un contexte marqué par la crise sanitaire du Covid-19, les inquiétudes des ménages sur l'évolution de la situation économique a littéralement plombé le moral de ces deniers.

Ainsi, concernant le niveau de vie, il ressort de l'enquête qu'au deuxième trimestre 2020, plus de la moitié des ménages (50,3%) ont déclaré une dégradation du niveau de vie au cours des 12 derniers mois, 24,2 % un maintien au même niveau et 25,5% une amélioration.

De ce fait, « le solde d'opinion sur l'évolution passée du niveau de vie est resté négatif, à moins 24,8 points, contre moins 19,8 points au trimestre précédent et moins 25,4 points au même trimestre de l'année passée », a relevé le HCP.

Le pessimiste règne à un point tel que la confiance se trouve entamé pour les 12 prochains mois. En effet, l'enquête a révélé que 42,4% des ménages s'attendent à une dégradation du niveau de vie, 26,6% à un maintien au même niveau et 31,0% à une amélioration.

Dans ce cas, « le solde d'opinion relatif à cet indicateur atteint son niveau le plus bas depuis le deuxième trimestre de 2016 avec moins 11,4 points en dégradation aussi bien par rapport au trimestre précédent que par rapport au même trimestre de l'année précédente où il enregistrait moins 4,6 points et 4,7 points

respectivement ».

S'agissant du chômage, autre composante de l'ICM, les ménages anticipent une forte hausse au deuxième trimestre de 2020 ; puisqu'ils sont 82,7% contre 7,5% à s'attendre à une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois.

Dans ce cas, il apparaît que « le solde d'opinion est resté négatif à moins 75,2 points contre moins 70,8 points un trimestre auparavant et moins 76,9 points un an auparavant », a noté le HCP.

Quant à l'opportunité de faire des achats en biens durables, il ressort que cet indicateur enregistre à la période étudiée une baisse historique, selon le Haut-commissariat.

Soulignons à ce propos que 76,1% contre 8,1% des ménages considèrent que le moment n'est pas opportun pour effectuer des achats de biens durables.

« Le solde d'opinion atteint son niveau le plus bas, depuis le début de l'enquête en 2008, avec moins 68 points contre moins 32,6 points le trimestre précédent et moins 41,4 points le même trimestre de l'année 2019. »

Enfin, il se dégage des perceptions une forte dégradation concernant l'évolution future de la situation financière des ménages.

D'après le HCP, « 61% des ménages estiment que leurs revenus couvrent leurs dépenses, 34,5% déclarent s'endetter ou puiser dans leur épargne et 4,5% affirment épargner une partie de leur revenu ». Autrement dit, le solde d'opinion relatif à la situation financière actuelle des ménages est resté ainsi négatif, à moins 30 points contre moins 27,7 points le trimestre précédent et moins 30,8 points une année auparavant.

Pour les 12 derniers mois, il ressort que 38% contre 11% des ménages considèrent que l'évolution de leur situation financière s'est dégradée. Pour les analystes du HCP, « cette perception reste ainsi négative, avec un solde d'opinion de moins 27 points contre moins 22,9 points au trimestre précédent et moins 24,2 points au même trimestre de l'année précédente ».

Soulignons que pour les 12 prochains mois, 25,9% contre 21,3% des ménages s'attendent à une amélioration de leur situation financière. Ainsi, « le solde d'opinion de cet indicateur enregistre, pour la première fois depuis le début de l'enquête, un niveau négatif en passant à moins 4,6 points contre 8,5 points un trimestre auparavant et 18,3 points un an auparavant », a noté le HCP.

A noter que d'autres indicateurs trimestriels de la conjoncture sur la perception des ménages ont également été analysés dans le cadre de cette enquête. Il ressort ainsi qu'au deuxième trimestre de 2020, 14,8% contre 85,2% des ménages s'attendent à épargner au cours des 12 prochains mois.

Dans ce cas, le HCP a noté que le solde d'opinion relatif à cet indicateur est resté négatif, à moins 70,4 points au lieu de moins 65,8 points au trimestre précédent et moins 66,6 points au même trimestre de l'année passée.

S'agissant des prix des produits alimentaires, l'enquête a montré que 68,4% des ménages déclarent qu'ils ont augmenté au cours des 12 derniers mois contre une proportion minime des ménages (0,8%) qui ressentent leur diminution. Ce qui s'est traduit par « un solde d'opinion resté négatif, à moins 67,6 points, après avoir été de moins 82,8 points le trimestre précédent et de moins 88,9 points une année auparavant ».

Pour les 12 prochains mois, selon les anticipations des ménages, les prix des produits alimentaires devraient continuer à augmenter selon 69,9% d'entre eux. Quant au solde d'opinion, il est resté négatif puisqu'il se situe à moins 69 points, au lieu de moins 82,6 points enregistrés un trimestre auparavant et moins 86,5 points une année passée.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.