Burkina Faso: Alerte sur les risques d'inondations - Ne faisons pas l'autruche !

L'alerte a été donnée par les services de la météorologie. La pluviométrie sera très abondante durant cette saison. Elle sera même, par endroits, excédentaire. Pour ce faire, les services compétents demandent aux uns et aux autres de prendre des dispositions pour faire face aux risques d'inondations prévisibles.

En tout cas, personnellement, j'ai déjà pris mes précautions. Car, j'ai déjà identifié l'immeuble sous lequel je vais me refugier en cas d'inondations.

Et je souhaite que chaque Burkinabè en fasse autant pour ne pas se laisser surprendre par les événements. Car, je ne souhaite plus, même dans un rêve, que le Burkina Faso revive la même situation qu'en 2009 où des familles entières s'étaient retrouvées brusquement sans abri.

Je le dis parce que notre pays a tellement de problèmes qu'il ne faudrait pas en rajouter. C'est pourquoi, une fois de plus, j'appelle tout le monde à la vigilance et au respect des consignes données par les autorités pour éviter les risques d'inondations.

Mais j'avoue que connaissant les Burkinabè, certains en feront à leur tête. Ils ne respecteront rien tant et si bien qu'ils seront les premiers à pointer un doigt accusateur sur les autorités qui, pourtant, ont déjà tiré la sonnette d'alarme.

La preuve, depuis que l'alerte a été donnée, beaucoup sont restés installés dans des zones inondables, conscients malgré tout qu'ils sont très exposés. Voyez-vous ? Je ne sais pas pourquoi le Burkinabè est dur d'oreille et très souvent, aime voir midi à sa porte.

En tout cas, j'ai beaucoup apprécié les opérations de déguerpissement annoncées par le ministre de l'Administration territoriale. Il le faut pour amoindrir les risques en cas de catastrophe et surtout, face à une population qui a le goût du risque.

Je demande aux uns et aux autres d'adhérer massivement à la campagne de curage des caniveaux

Certes, je sais que certains ont vite avancé l'argument du manque de moyens pour justifier pourquoi ils ne peuvent pas quitter les zones inondables où ils sont installés.

Mais cela me fait personnellement sourire puisqu'ils oublient qu'en cas d'inondation, leur sort pourra s'aggraver parce qu'ils perdront totalement le peu dont ils disposent. Voyez-vous ?

Chers amis, ne faisons pas l'autruche. Car, dans le cas d'espèce, il y va de notre sécurité et de celle de notre famille.

Cela dit, je souhaite qu'ensemble, on aide les autorités à nous aider. C'est pourquoi je demande aux uns et aux autres d'adhérer massivement à la campagne de curage des caniveaux initiée par le ministère de l'Administration territoriale. Cela permettra l'écoulement facile et très rapide des eaux de pluies.

Ainsi, l'on pourra, comme je l'ai déjà dit, amoindrir les risques d'inondations dans nos villes et campagnes. Et c'est peu dire.

Cela suppose bien entendu que l'on évitera les comportements inciviques qui consistent à déverser des ordures dans les caniveaux, contribuant ainsi à les boucher davantage. Ce n'est pas moi qui le dis.

Les faits parlent d'eux-mêmes et il suffit d'observer le comportement de certains citoyens pour se convaincre que pour eux, les caniveaux ne sont ni plus ni moins que des poubelles où l'on peut tout jeter. Ce qui est très regrettable.

Car, très souvent, ce que l'on oublie, c'est qu'en agissant ainsi, on se fait du tort sans le savoir et après, on accuse les autres.

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.