Congo-Kinshasa: Hôpital sans Médecins - Le personnel soignant dans la rue pour réclamer salaire et prime de risque

Le collectif national de médecins non primés a tenu une marche pacifique le mercredi 08 juillet dernier. Cette manifestation est partie de l'immeuble intelligent dans la commune de la Gombe pour chuter à la primature. Selon le Docteur Gibemba Jean-Claude, la tête d'affiche et le Coordonnateur chargé de l'organisation de ce mouvement, le but était de revendiquer le paiement de leur droit à la prime de risque et au salaire auprès du Premier ministre chef du gouvernement, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, pour qu'il instruise formellement le ministre du budget et celui de la santé publique de régulariser leur situation.

C'est dans la ligne droite de leur mouvement dénommé "l'Hôpital sans Médecins" que ce personnel soignant a tenu à s'exprimer pour se faire entendre afin d'obtenir gain de cause.

Le Docteur Gibemba Jean-Claude, meneur de troupes, souligne que depuis leur rencontre avec le Président de la République, qui avait de bonne foi donné des instructions à ses services pour qu'une solution soit trouvée, rien de concret n'a été fait.

A l'en croire, 8000 médecins à travers le pays travaillent depuis plus de 5 ans sans salaire, encore moins une prime de risque. L'année passée, seulement 769 médecins ont été alignés pour la prime de risque, pas grand-chose par rapport à l'ensemble. Au niveau du secrétariat général à la santé, plusieurs ateliers ont été organisés pour nettoyer le fichier mais jusque-là, il n'y a pas eu de suite favorable, dénonce ce personnel soignant. Depuis le début de cette année, personne n'a été régularisée et entretemps, nous sommes déjà au troisième trimestre, aucun espoir sur notre paiement n'est perceptible. C'est la raison pour laquelle nous sommes actuellement dans la rue et avons décidé de sécher nos hôpitaux pour nous faire entendre. Nous prenons beaucoup de risques avec la pandémie de Coronavirus, certains de nos collègues ont été atteints par cette maladie et quelques uns en sont morts, regrette le Dr Gibemba.

Cette revendication des médecins est jugée légitime par plusieurs observateurs qui suivent de près le secteur de la santé publique. Ils se plaignent depuis février 2019, personne ne veut entendre leur cause alors que c'est un corps qui s'est révélé salutaire avec l'arrivée de Coronavirus. Il est nécessaire de leur remettre dans leur droit pour qu'ils se remettent rapidement au travail en vue de sauver les âmes qui sont restées en détresse en cette période cruciale que traverse l'humanité. L'appel est lancé au Chef du gouvernement de la République et les manifestants espèrent cette fois que leur voix est entendue et une suite favorable leur sera réservée.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.