Congo-Kinshasa: Corédacteur de trois lois contestées - Garry Sakata serait-il rattrapé par son passé ?

Professeur à l'Université de Kinshasa, avocat au barreau de Kinshasa Gombe et Député national au cours de la présente législature, Garry Sakata M. Tawab, c'est de lui qu'il s'agit, serait aujourd'hui plus que jamais, rattrapé par son passé. Il est l'un des rédacteurs de trois propositions des lois controversées sur la réforme judiciaire ayant fait sortir le Syndicat des magistrats du Congo de sa réserve afin de décrier le caractère "inconstitutionnel" de ces lois qui toucheraient certaines dispositions intangibles de la Constitution.

Tenez ! Dans sa décision n°003/UNIKIN/R/2015 du 5 janvier 2015 portant suspension de deux membres du corps académique de la Faculté de Droit de l'Université de Kinshasa, le cabinet du Recteur honoraire de l'Unikin Prof. Jean Berchmans LABANA LASAY'ABAR renseignait que M. Sakata M. Tawab avait été suspendu lui et M. Kwete Mbul, respectivement Vice-Doyen chargé de l'Enseignement et Secrétaire Académique à la Faculté de Droit de l'Unikin, suspension avec l'ouverture d'une action disciplinaire.

«Ce prétendu formateur est rattrapé par son passé de corrompu. Les étudiants dont la confiance lui est accordée pour assurer leur formation afin qu'ils conduisent cet appareil judiciaire sont plutôt initiés par lui à la corruption », renseigne une source qui brandit le procès-verbal d'ouverture d'action disciplinaire contre ce Député national, suspendu de toutes leurs fonctions et accusé le 5 janvier 2015, pour usurpation des attributions de Jury et falsification massive avec monnayage des grilles.

Et donc, faisant un parallélisme sur la motivation l'ayant conduit à pouvoir proposer ces trois propositions des lois portant atteinte à la Constitution et son passé ayant été marqué par un manquement "aux obligations professionnelles", l'homme serait sans aucun doute rattrapé par son passé.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.