Sénégal: TER - Des centaines de milliards à terre

10 Juillet 2020

Depuis l'accession à la magistrature suprême du président Macky Sall, plusieurs dossiers relatifs à la gestion des affaires publiques font débat. Et le Train Express Régional (Ter) n'a pas échappé à cette polémique.

Pour un coût initial de 568 milliards de F Cfa, le Ter est passé à 800 milliards ou même plus, selon certaines informations. Pis, depuis son inauguration en veille de campagne électorale par le Président Macky Sall, le Ter ne roule toujours pas.

C'est d'abord son coût, jugé excessif, qui a soulevé une vive controverse. Estimé à 568 milliards de F Cfa, un tel investissement pour un Train Express Régional (Ter) n'était pas une priorité pour beaucoup de Sénégalais.

Selon eux, le montant aurait dû servir à réhabiliter la portion sénégalaise Dakar-Thiès-Kidira de la voie ferroviaire allant jusqu'à Bamako. Mais surtout que le Sénégal est un pays en manque criard d'infrastructures de base.

Après quelques mois de travaux, la polémique enfle avec l'augmentation du coût du Ter qui est passé à près de 800 milliards. D'aucuns parlent même de plus de 1000 milliards.

« Le montant de 800 milliards ne couvre que les 38 km de la première phase portant sur la distance Dakar-Diamniadio et n'intègre pas la seconde phase allant de Diamniado à Diass sur une distance de 17km », avait déclaré le président du parti Pastef, Ousmane Sonko.

Sur ce, l'actuel directeur général de la société nationale du Ter, Abdou Ndéné Sall à l'époque ministre délégué en charge du réseau ferroviaire, avait expliqué : « le lot 1, c'est Dakar-Diamniadio et le lot 2, Diamniadio AIBD.

C'est le lot 1 qui coûte en hors taxe 568 milliards de F Cfa. Si on ajoute les taxes, c'est-à-dire 134 milliards de F Cfa, nous sommes en TTC sur le lot 1 à 702 milliards ».

Revenant à la charge, Ousmane Sonko ira même plus loin. Il indiquera que « le projet du Ter va coûter en réalité 1300 milliards au lieu de 568 milliards annoncés au Sénégalais ».

A ce lot de griefs sur le Ter, s'ajoute le report des dates de démarrage de ses activités. Lancé en 2016 et inauguré en grande pompe par le Président Macky Sall en janvier 2019, veille de campagne électorale, le Train Express Régional ne roule toujours pas.

La première date de fin de travaux échue, le ministre des Infrastructures et des Transports Terrestres, Me Oumar Youm, annonçait avoir retenu la date contractuelle du 14 juin 2019 pour la fin des travaux.

Il fixait encore l'entrée en fonction du Ter pour avril 2020. Que nenni ! Cette fois-ci même, c'est l'ambassadeur de France au Sénégal qui le contredit. « En avril, je ne pense pas qu'il puisse y avoir une mise en service commerciale du Ter.

C'est en tout cas ce que me disent les entreprises françaises », avait déclaré Phillipe Lalliot sur les ondes de la Rfm en février dernier.

De quoi irriter les autorités sénégalaises ! Me Oumar Youm dénoncera des « sorties maladroites et graves » dans une note diplomatique adressée à son homologue français Jean Baptiste Djebbari.

Par rapport aux impactés du train en question, «plus de 12.000 personnes ont été touchées par l'exécution des travaux du TER et plus de 50 milliards F Cfa ont été distribués aux impactés », avait annoncé le ministre des Infrastructures Terrestres et du Désenclavement, Me Oumar Youm lors du vote du projet de loi autorisant la création de la SEN-TER SA.

Toutefois, des impactés ont fait plusieurs manifestations dans la banlieue de Dakar pour réclamer leur indemnisation. En effet, beaucoup de riverains également ont subi les effets des travaux à cause de la fermeture de routes et de passerelles causant des inondations dans certains quartiers.

Aujourd'hui, avec le Ter qui est toujours à quai, la pandémie de la Covid-19 n'a-t-elle pas donné raison aux détracteurs du projet ?

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.