Sénégal: Conflit Caps/Gaipes - Le groupe parlementaire Liberté et démocratie cherche solution

10 Juillet 2020

Le différend opposant le Collectif des acteurs de la pêche au Sénégal (Caps) au Groupement des armateurs et industriels de la pêche au Sénégal (Gaipes) est qualifié de contradiction secondaire, selon le député du groupe parlementaire Liberté et démocratie Mamadou Diop Decroix.

Il l'a fait savoir hier, jeudi, au terme d'une rencontre d'échanges avec le Gaipes, et cela après avoir rencontré la semaine d'avant le Caps.

«Quand on regarde de très près, le supposé différend Caps/Gaipes n'est pas du tout très costaud. En réalité, ce sont des contradictions secondaires», at-il fait savoir.

Minimisant ce différend, Mamadou Diop Decroix et quelques-uns de ses collègues du Groupement parlementaire Liberté et démocratie entendent faire «une évaluation interne pour parler aux collègues n'ayant pas pris part aux rencontres d'échanges et ensuite aboutir à une rencontre avec le ministre de la Pêche et de l'économie maritime Alioune Ndoye», a annoncé le député de l'opposition.

Au sujet des licences de pêche, Mr Diop Decroix invite l'Etat à régler ces questions de façon définitive pour éviter les tensions régulières afin que les uns et les autres puissent y trouver leur compte.

Magnifiant le potentiel des acteurs de la pêche, il dira: «Nous avons rencontré les acteurs de la pêche qui nous ont fait visiter des usines de pêche entre autres.

Et nous déduisons de ces rencontres qu'au Sénégal, il y avait des professionnels dans le secteur de la pêche.

Et si l'Etat fait les efforts qu'il faut pour moderniser l'armement et rationaliser davantage les relations entre les acteurs, le pays gagnerait beaucoup tant du point de vue de la préservation de la ressource, de son développement et surtout de la santé nutritionnelle des populations».

Et Mamadou Diop Decroix de conclure: «Nous constatons pour le déplorer que dans bien des localités de ce pays, les gens souffrent d'une bonne alimentation, faute d'aliments nutritifs dans les repas comme les produits halieutiques. Et ça, l'Etat doit y veiller».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.