Tunisie: Baccalauréat 2020 | Deuxième journée - Des épreuves accessibles

10 Juillet 2020

Les épreuves de la deuxième journée de l'examen national du baccalauréat étaient à la portée, excepté l'épreuve de sciences naturelles.

Hier, vers le coup de 10h30, devant le lycée Aicha Bellagha, sis au centre-ville de Tunis, plusieurs parents d'élèves se sont rassemblés. Un peu inquiets, ils attendaient impatiemment la sortie des candidats des salles d'examen. Il s'agit notamment de la deuxième journée du baccalauréat. Les candidats inscrits en section Economie et Gestion devraient passer l'épreuve d'économie, et celle d'informatique l'après-midi, ceux de la section Lettres viennent de passer l'épreuve de réflexion islamique et quant à ceux qui ont choisi la section Sciences, ils ont passé l'épreuve des sciences naturelles. Devant ce même établissement, et un peu plus loin, les candidats ou «futurs bacheliers», qui commençaient à sortir, se sont rassemblés formant de petits groupes, pour discuter et débattre de l'épreuve qu'ils viennent de passer.

Un groupe d'élèves, appartenant à la section Economie et Gestion, sont déjà dehors avant la fin du temps consacré à l'épreuve (de 8 heures à 11h00). «L'épreuve est tellement facile et à la portée que nous avons terminé avant l'heure !», nous déclare Khalil, candidat au bac. Et de renchérir : «L'épreuve d'économie que nous venons de passer est à la portée bien que la partie 4 de l'examen qui a porté sur le programme du troisième trimestre n'ait pas été bien révisée après le confinement et lors de la reprise des cours présentiels».

Son camarade, Mohamed Ali, a rejoint l'idée de son ami en notant que l'examen a porté sur deux questions de réflexion dans la première partie et que l'épreuve était globalement facile. «Nous sommes très satisfaits! Espérons que les prochaines épreuves se passeront de la même manière et qu'elles seront également à la portée», nous a-t-il dit avant de partir avec ses camarades et profiter du temps qui reste pour réviser l'épreuve d'informatique qui sera passée l'après-midi.

Quant aux précautions et au protocole sanitaire qui a été mis en place depuis le démarrage de l'examen national, certains élèves que nous avons rencontrés nous ont affirmé qu'il a été respecté, à travers le port des masques, la distribution de gel, l'aération des salles et le respect de la distanciation sociale.

Cyrine, une candidate que nous avons également rencontrée devant l'établissement, vient tout juste de sortir de la salle d'examen, a dit que l'épreuve de Réflexion islamique a été à la portée contrairement à l'épreuve optionnelle «d'italien» qu'elle venait de passer le premier jour lors du démarrage des examens. La candidate inscrite en section Lettres a également précisé que les épreuves, jusque-là, ont porté uniquement sur le programme des deux trimestres vu en classe, à savoir la période de l'avant-confinement et celle d'après, lors de la reprise des cours.

Quant à la distanciation sociale, elle était bien respectée dans cet établissement : il y avait également la distribution du gel désinfectant, le contrôle des bavettes à l'entrée et en classe ainsi que la prise de température de chaque candidat avant l'entrée en classe.

Si certains candidats n'ont pas été déçus suite aux épreuves qu'ils viennent de passer, pour Ramla et ses camarades, ce n'était pas le cas. Inscrite en section Sciences, cette dernière vient de passer l'épreuve de sciences naturelles. «L'examen a été difficile, notamment la première partie «analyse». Je suis déçue ! Je ne m'attendais pas à une épreuve pareille surtout que nous n'avons pas bien révisé la matière en question à cause du confinement et à la reprise qui a été plus ou moins bâclée», s'est exprimée la candidate avant de nous quitter pour aller rejoindre ses camarades de classe.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.