Angola: La date de sentence de l'affaire «500 millions de dollars US» reste inconnue

Luanda — La date de sentence relative au procès judiciaire dit « affaire 500 millions de USD » reste jusqu'ici inconnue, la Chambre criminelle de la Cour suprême ayant tenu jeudi une session autour des questions et des interrogations visant à avoir des éclairages sur cette affaire.

La présente phase, la toute dernière précédant la sentence, impute les responsabilités finales au prétendu transfert irrégulier des 500 millions de dollars US, depuis la Banque Nationale d'Angola (BNA) sur un compte placé au Crédit Suisse de Londres.

Dans ce procès, les impliqués sont José Filomeno dos Santos, surnommé « Zeno » (ex-président du Conseil d'administration du Fonds souverain d'Angola), Valter Filipe (ex-gouverneur de la BNA), et António Bule Manuel (ex-chef de Département de Gestion et des Réserves de la BNA, ainsi qu'un homme d'affaires nommé Jorge Gaudens Sebastião.

Ces hommes sont accusés par le Ministère Public de crimes pécuniaires, de blanchiment des capitaux, escroquerie et trafic d'influence.

Jeudi, le Tribunal a présenté des questions de la mise en accusation, des questions personnelles et celles des défenseurs, et des questions qui résultent de l'audience de discussion et du jugement.

Selon la Cour suprême, les accusés s'étaient concertés avant de mener ce « complexe et ingénieux plan », qui a lésé les intérêts de l'Etat avec 500 millions de dollars US.

Remontant en 2017, ce procès judiciaire, dans lequel le principal accusé est José Filomeno dos Santos, fils de l'ex-Président de la République d'Angola, José Eduardo Dos Santos, portait sur la constitution d'un prétendu Fonds d'investissement stratégique et dans l'utilisation de l'entreprise « Mais Financial Services, S.A » comme instrument d'action.

En 2017, Jorge Gaudens Sebastião a présenté à José Filomeno dit « Zeno » une proposition de financement des projets prétendument stratégiques pour le pays.

La proposition n'étant pas de la compétence du Fonds Souverain d'Angola, le dossier a été soumis au gouvernement angolais, dirigé alors par José Eduardo dos Santos.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.