Afrique de l'Ouest: Un programme de plus de 10 milliards de francs CFA pour les start-up et les PME du Sahel

Dakar — L'Union européenne (UE) et Investisseurs et Partenaires (I&P) ont lancé vendredi le programme "I&P Accélération au Sahel", financé avec 10 milliards 75 millions de francs CFA pour soutenir le développement de 300 start-up et petites moyennes entreprises (PME) dans une dizaine de pays du Sahel dont le Sénégal.

Selon le président d'I&P, Jean-Michel Severino, cet "ambitieux programme" sera mis en œuvre pendant quatre ans, au profit de 300 PME et start-up opérant dans 13 pays sahéliens : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, la Gambie, la Guinée, le Ghana, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Tchad, le Togo et le Sénégal.

Il a donné cette précision lors d'une conférence de presse virtuelle donnée conjointement avec le chef du service Afrique de l'Ouest à la Commission européenne, Didier Verse.

L'UE participe au financement de cette initiative, par le biais de son Fonds fiduciaire d'urgence pour l'Afrique, a indiqué M. Severino lors de la rencontre virtuelle avec les journalistes, qui marquait le lancement d'"I&P Accélération au Sahel".

"Sa mise en œuvre sera assurée par Investisseurs & Partenaires, groupe spécialisé dans le financement et l'accompagnement des PME en Afrique subsaharienne", a-t-il ajouté.

Le projet de soutien aux start-up et PME sélectionnés dans des pays du Sahel comprend trois volets : le financement d'amorçage pour répondre aux besoins de financement des entreprises pendant leur phase d'incubation ou d'accélération, l'assistance technique pour renforcer les capacités des entreprises et des équipes d'investissement africaines, et l'accompagnement de l'écosystème entrepreneurial dans les pays choisis.

Création de quelque 5.000 emplois

"Ce programme spécial est réservé aux start-up et petites et moyennes entreprises, véritables piliers de la création d'emplois et rouages essentiels du développement économique et social de la région sahélienne", a dit Jean-Michel Severino.

Le but de l"initiative est, selon lui, de "renforcer et générer un tissu entrepreneurial dynamique et un réseau de professionnels prêts à soutenir leur croissance".

Pour y arriver, "le programme répondra aux enjeux de financement, de modernisation, de compétitivité et de formation professionnelle de ces entreprises", a-t-il assuré, ajoutant qu'"I&P Accélération au Sahel" va "favoriser la création d'emplois" dans les pays d'intervention.

Il sera créé, grâce à cette initiative, un "écosystème qui renforcera la stabilité socioéconomique des pays fragiles, cibles de l'intervention", selon M. Severino.

Selon lui, quelque 5.000 emplois seront créés grâce à "I&P Accélération au Sahel".

"La situation inédite causée par la crise de Covid-19 a été prise en compte et intégrée au programme, qui a été conçu bien avant" la pandémie de coronavirus, a-t-il souligné, ajoutant que le secteur privé, les PME surtout, doit être soutenu.

Une part importante du budget prévu pour l'initiative sera consacrée à l'accompagnement des entreprises les plus impactées par la crise de Covid-19, pour permettre à "une quinzaine d'entreprises" de bénéficier, dans le "court terme", d'un soutien financier et technique.

Il s'agit d'aider les quelque 15 entreprises bénéficiaires à "surmonter cette crise" de coronavirus, a dit M. Severino.

"Il faut absolument augmenter l'investissement privé en Afrique pour avoir cet effet boule de neige sur l'économie, car ce n'est pas l'aide au développement qui va faire avancer ces pays déjà touchés par la forte insécurité, laquelle fait obstacle au développement", a affirmé Didier Verse.

"Ce qui est important, a-t-il souligné, c'est de respecter les règles du marché en aidant des entreprises formalisées, qui ont des activités rentables, versent des taxes à l'Etat et paient un salaire décent à leurs employés."

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.