Sénégal: Il dépouillait des dams de leur or et argent - Le charlatan O. Kane écope d'un an de prison

10 Juillet 2020

Le juge du Tribunal des flagrants délits de Dakar a condamné; hier, O. Kane à un an de prison. Il est accusé d'avoir dépouillé de leurs biens des dames par des procédés mystiques.

Suspecté de se servir de pouvoirs mystiques, O. Kane qui faisait apparaître de gros serpents noirs ou des billets de banque, selon l'enquête, a réussi à dépouiller une dizaine de plaignantes de leur or et argent. Attrait devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, hier, le juge l'a déclaré coupable et condamné à un an ferme. Père d'un enfant de 11 ans et sans emploi, O. Kane a sur son dos une dizaine de parties civiles qui soutiennent lui avoir remis de l'or et de l'argent. Son cas a même fait l'objet d'une émission sur le plateau d'une télévision de la place. Devant la barre, le sieur Kane, poursuivi pour charlatanisme et escroquerie, est accusé par ses victimes de les avoir hypnotisées avant de les dépouiller de leurs biens.

Seule partie civile à se présenter à la barre, A. Ndiaye explique qu'elle a rencontré O. Kane le 8 mars 2020. Ce dernier l'a interpellée dans la rue, elle l'a ignoré. Le lendemain, elle l'a encore croisé aux Parcelles Assainies, cette fois, il lui a dit de l'amener à son domicile et elle a accepté sans se rendre compte de ce qu'elle faisait. Dans sa chambre, il a fait disparaître des objets et fait apparaître un énorme serpent noir. Elle lui a donné l'argent d'une tontine d'environ un million de FCfa. Après avoir empoché la somme d'argent et les bijoux, le sieur Kane a soutenu qu'il doit sortir acheter de la viande pour le serpent. Une fois dehors, il n'est plus revenu. De 11h à 14h, la dame est restée figée, hypnotisée. Quelques jours plus tard, elle a vu la photo du suspect dans une émission à la télé et s'est approchée des enquêteurs.

Également prévenu, P. Thiam, bijoutier, a expliqué que O. Kane voulait lui vendre des bijoux mais il n'avait pas d'argent, alors la transaction n'a pas pu se faire. Mais A. Ba, bijoutier à la Medina, reconnaît avoir acheté de l'or auprès du prévenu en 2018. Il s'agissait d'un bout de bracelet de 40 g, acquis à 16.500 FCfa le gramme. D. Mbow, lui aussi bijoutier à Fass, confirme l'achat de 59 g à 18.000 FCfa/g. Il a soutenu avoir remis 1.120.000 FCfa à Kane qui lui a dit qu'il venait de la Gambie. D. Lam, bijoutier à la Médina, a acheté, lui aussi, 11 g à 8.500 FCfa/g. A. Sow, technicien de surface dans l'hôtel où logeait Kane, l'a accompagné lors d'une vente et lui faisait des commissions. Pour ce qui est duu bijoutier S. Diallo, Kane a dit qu'il y a erreur sur la personne.

Le prévenu rejette les pouvoirs mystiques

Se présentant comme une victime, O. Kane s'est plaint à la barre : « des individus à bord de moto m'ont trouvé dans la rue, déshabillé et balancé mes images sur les réseaux sociaux pour des faits qui remontent à 2018 ». À l'enquête, il avait soutenu que l'or lui a été remis pour des prières. Les bijoutiers ignoraient la provenance de la marchandise. «Si j'avais le pouvoir d'hypnotiser des personnes et de leur prendre leur or ou argent, je serais parti à la banque», tente-t-il de se défendre. La plaignante a réclamé 1.075.000 FCfa, 400.000 FCfa, 325.000 FCfa et 25.000 FCfa, respectivement pour les numéraires volés, le prix du téléphone, ceux des deux parures en or et des boucles d'oreilles.

Dans son réquisitoire, le parquet a relevé que sauf S. Diallo et P. Thiam qui peuvent être relaxés, les autres bijoutiers ont reconnu avoir acheté des bijoux sans s'entourer de garantie. Donc, estime le parquet, ils sont coupables de recel. Il a requis trois mois ferme contre ces derniers et trois ans contre Kane. Dans leurs plaidoiries, les conseils des bijoutiers ont noté que l'absence de factures et les prix ne permettent pas d'asseoir le recel. Kane a lui-même dit à la barre que les autres prévenus n'étaient pas au fait de la provenance de l'or. Me Assane Dioma Ndiaye, qui a plaidé pour D. Lam et D. Mbow, en liberté provisoire, a rapporté que lors de sa garde à vue, Kane a transformé un bout de papier en billet de banque sous les yeux de son client et a remis l'argent à un policier pour qu'il lui achète du crédit téléphonique. Cela, pour dire que Kane fait de la magie mais ses clients n'étaient pas tenus de savoir comment il a obtenu le métal précieux.

Dans son délibéré, le tribunal a condamné O. Kane à un an ferme, relaxé P. Thiam, S. Diallo et A. Sow et condamné A. Ba, D. Mbow et D. Lam à un mois assorti de sursis. Les quatre concernés ont été condamnés à payer solidairement à A. Ndiaye 1.750.075 FCfa.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.