Madagascar: Imbiki Anaclet - Stratégie contre la corruption dans le secteur de la justice

Le Haut conseiller pour la Défense de la Démocratie Anaclet Imbiki a envoyé une lettre au Président de la République portant sur une proposition de stratégie de lutte contre la corruption dans le secteur de la justice, en prévision de la relance économique pour l'après « Covid-19 ». Selon ce haut conseiller, « il faut avoir l'honnêteté d'affirmer que la plupart des autorités judiciaires qui se sont succédé ont réellement initié des mesures de lutte contre la corruption. Mais il importe également d'avoir le courage de reconnaître que les résultats escomptés sont loin, voire très loin d'être atteints ».

Interdiction. Et d'enchaîner «qu'il n'est pas superflu de préciser que l'une des causes de l'échec de la lutte contre la corruption judiciaire réside dans l'absence de volonté politique. Je n'en cite comme preuve irréfutable que le défaut de l'application de la circulaire du ministre de la Justice n°109-MJ/CAB du 2 octobre 1997 relative à l'interdiction faite aux magistrats de recevoir des justiciables à leur bureau ou à leur domicile en dehors des procédures contradictoires. Qui osera contester de bonne foi que la réception par un magistrat en charge d'un dossier, d'une partie à un procès à son bureau, à plus forte raison à son domicile, favorise la corruption ?

En tout cas, l'autre partie qui est au courant d'une telle rencontre en dehors d'une procédure contradictoire ne fera jamais confiance au magistrat qu'il soupçonne, à juste titre, de commettre une corruption. Pire, elle va entreprendre la même démarche pour corrompre le magistrat. En tout état de cause, nul n'est besoin d'être expert en éthique et déontologie pour comprendre qu'une telle réception d'une partie au procès est à proscrire ». Il s'est ainsi référé au dicton « aux grands maux les grands remèdes », et d'ajouter que « des réformes profondes doivent être mises en chantier et des mesures audacieuses prises, mais dans le respect des principes fondamentaux judiciaires, si on souhaite réellement des résultats probants dans un délai raisonnable ».

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.