Madagascar: Atsimo Andrefana - Les sociétés de pêche luttent contre la COVID-19

Appui conséquent. 772 millions d'ariary sont engagés par trois sociétés de pêche basées à Toliara pour contribuer à la lutte contre la propagation du coronavirus. L'objectif principal étant de sauver près de six cent emplois et de préserver l'activité économique malgré le contexte de pandémie.

Aussi, les sociétés Ocean Farmers, Copefrito, et Indian Ocean Trepang (IOT), avec leurs partenaires, Cargill, une société américaine, KFW (banque allemande) et l'ONG Action contre la Faim, ont-elles développé des programmes de réponse régionale à la Covid-19. D'abord, un filet de sécurité en riz. Une première distribution de 50t de riz à quelques mille six cent foyers pratiquant l'algoculture et à des ménages vulnérables des quarante villages producteurs d'algue dans la région Atsimo andrefana, a entre autres, été déjà réalisée.

« D'autres actions seront encore entreprises jusqu'au mois de septembre. Un appui à l'hôpital de référence de Toliara pour la prise en charge des malades de Covid-19. C'est un projet de 300 millions d'ariary en donation de matériel de protection, des kits de prise en charge des patients et des équipements médicaux » souligne Jaco Chan Kit Waye, directeur général de Copefrito. La désinfection des réseaux d'eau ruraux comprenant 124 bornes fontaines et des formations d'agents pour la prévention, sort également du lot de programmes de réponse à la crise.

Fermiers

Quarante autres tonnes de riz seront encore distribuées aux ménages partenaires des sociétés aquacoles. Le centre opérationnel (CO) régional contre la Covid-19 est doté de 35 millions d'ariary pour l'achat d'équipements de protection et pour assurer sa gestion logistique, carburant et transports. Les activités de collecte de produits de mer, d'algues et de concombres de mer ont été maintenues malgré la forte pression économique qui prévaut. Copefrito est considérée comme la pionnière de l'aquaculture dans la région, et la culture d'algues et de concombres de mer sont à attribuer à Ocean Farmers et IOT.

Aux explications toujours, la complémentarité des activités des trois sociétés contribue au revenu de milliers de ménages dans l'Atsimo Andrefana et dans le Menabe. Le modèle d'«Aquaculture villageoise contractuelle » constitue l'approche développée pour une culture durable et une exploitation responsable des ressources par les pêcheurs fermiers. « Il s'agit de développer l'aquaculture dans une zone protégée en respectant les fermetures de pêche, tout en améliorant les conditions de vie des pêcheurs via la création de revenu minimum. Les fermiers vendent par la suite les produits à la société aquacole » résume Jaco Chan Kit Waye de Copefrito. Nous en reparlerons.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.