Congo-Brazzaville: Santé - Les nouveau-nés au coeur de la journée mondiale de la population

Le ministère en charge de la Population en partenariat avec le Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap) a lancé les activités relatives aux festivités de la Journée mondiale de la population célébrée le 11 juillet à Brazzaville, à travers une remise des kits aux nouveau-nés à l'hôpital mère-enfant Blanche-Gomez.

« La remise des kits aux nouveau-nés est une manière pour le ministère en charge de la Population et le Fnuap de poursuivre le combat dont l'objectif est : zéro décès maternel et néonatal, zéro besoin non satisfait en planification familiale », a expliqué le représentant du Fonds des Nations unies pour la population au Congo, Mohamed Lemine Ould Moujtaba. C'est aussi, selon lui, une occasion de réaffirmer le soutien aux agents de santé, aux sages-femmes et aux relais communautaires pour le travail abattu quotidiennement pour sauver des vies.

Au plan national, cette journée mondiale est célébrée sur le thème : « Continuité des services de la reproduction et protection des droits des femmes et des filles dans le contexte de la Covid-19 ». La ministre en charge de la Population, Jacqueline Lydia Mikolo, a expliqué, dans la déclaration du gouvernement, que la pandémie oblige les structures de santé à adapter leurs stratégies par rapport à un contexte nouveau et inattendu. « Il a fallu réagir en initiant non seulement les interventions devant prévenir les femmes et les filles de la propagation de la Covid-19 et des violences domestiques mais aussi en facilitant la continuité des services de la santé de la reproduction y compris celui de la planification familiale », a-t-elle déclaré.

Quoique la mortalité maternelle ait été réduite de 51% ces dernières années, elle reste encore très élevée au Congo avec 378 décès pour 100.000 naissances vivantes selon le rapport de la Banque mondiale avec des indications d'une amélioration ces deux dernières années, a fait constater la ministre en précisant que la tranche d'âge la plus touchée varie entre 20 et 34 ans.

Violences basées sur le genre

Le fléau a connu une recrudescence en cette période de pandémie ponctuée par le confinement du fait de stress et des tensions dans les ménages, a fait savoir le diplomate onusien Mohamed Lemine Ould Moujtaba. La Journée mondiale de la population, a-t-il poursuivi, est également une occasion pour attirer l'attention sur les vulnérabilités et les besoins des femmes et des filles lors de la crise de la Covid-19 et sur la nécessité de protéger la santé et les droits sexuels et reproductifs tout en éradiquant cet autre fléau moins visible qu'est la violence basée sur le genre.

Pour sa part, la ministre en charge de la Population a indiqué que son département travaille avec la police sur la question des violences basées sur le genre. « Le numéro vert 14-44 est ouvert pour permettre aux victimes et aux témoins de dénoncer les actes de violence », a-t-elle rappelé. Par ailleurs, sur le terrain le travail de sensibilisation se poursuit.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.