Sénégal: Investissement et consommation, leviers du programme de relance économique (ministre)

Saint-Louis — Le programme de relance économique sur lequel le gouvernement est en train de travailler va s'appuyer sur des leviers que sont l'investissement et la consommation, a indiqué le ministre de l'Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott.

Un conseil présidentiel dédié à la mise en place de ce programme de relance économique lié à la COVID-19, se tiendra bientôt sous la présidence du chef de l'Etat Macky Sall, a-t-il annoncé vendredi à Saint-Louis où il rencontrait les acteurs économiques de la zone nord du Sénégal, en présence des autorités administratives locales.

Selon Amadou Hott, ce programme économique vise notamment à pousser les entreprises à entreprendre les réformes devant leur permettre de capter davantage d'investissements "pour maintenir l'emploi, mais aussi pour créer l'emploi".

Dans cette perspective, M. Hott a expliqué être venu rencontrer les acteurs économiques de la zone nord, afin de recueillir leurs préoccupations mais aussi leur apporter des "clarifications" liées à ce programme de relance, notamment en ce qui concerne son volet résilience.

L'Etat compte agir sur l'investissement public comme privé, mais également travailler à stimuler la consommation, a indiqué le ministre de l'Economie, du Plan et de la Coopération en s'adressant aux organisations professionnelles du secteur privé local et à des chefs d'entreprise de la région de Saint-Louis.

Selon Amadou Hott, les réformes visées devraient contribuer à "faciliter la vie des entreprises", mais aussi à "booster le secteur agricole, la transformation des produits agricoles", sans compter leur impact sur le secteur de l'industrie, le secteur pharmaceutique, la santé et le tourisme en particulier, des domaines "très affectés par la pandémie de la COVID-19".

Il a signalé que 12 milliards de francs CFA ont été mobilisés sur un objectif de 200 milliards représentant les fonds escomptés par l'Etat pour soutenir l'ensemble des secteurs de l'économe nationale.

Amadou Hott a précisé que ce soutien ne consistera pas à allouer des allocations par région ou par secteur, car toutes les entreprises et secteurs impactés par le COVID-19 sont pris en compte et éligibles à ce fonds de relance.

M. Hott a par ailleurs noté la contribution de la région Saint-Louis à l'atteinte des objectifs de sécurité alimentaire et d'autosuffisance, grâce à l'apport de la vallée du fleuve Sénégal.

Cela justifie en partie le déplacement qu'il a effectué à Saint-Louis, pour montrer aux acteurs économiques de cette région que l'Etat dispose "d'instruments importants d'appui" pour stipuler la création d'emplois au profit des populations.

Concernant le secteur de l'artisanat, le ministre a affirmé que le Fonds de garantie des investissements prioritaires (FONGIP) et la Délégation générale à l'entreprenariat rapide (DER) des femmes et des jeunes avaient apporté un appui à ce secteur qui "a besoin d'être formalisé davantage, afin que les acteurs bénéficient de formations et de mise à niveau", préalable selon lui à la labellisation qui lui garantirait "une meilleure visibilité".

"Plusieurs entreprises agricoles du nord ont bénéficié de financements dans le cadre du dispositif d'appui aux entreprises pour la résilience", a indiqué le ministre de l'Economie, du Plan et de la Coopération.

Selon lui, une société de microfinance encadrant des groupements de femmes dans la région nord, a d'ailleurs reçu dans ce cadre un financement de 200 millions de francs CFA, "avec une garantie du FONGIP".

Le président de la République a rappelé aux membres du gouvernement, lors du dernier Conseil des ministres tenu mercredi dernier, "la priorité absolue qu'il accorde à la relance rapide, inclusive et durable de l'économie nationale".

Aussi a-t-il invité le ministre de l'Economie, du Plan et de la Coopération "à finaliser le processus de concertation et d'élaboration du Programme de relance de l'économie nationale, qu'il validera lors d'un conseil présidentiel en présence de l'ensemble des acteurs publics et privés concernés".

Macky Sall a de même "exhorté les ministres à assurer le suivi permanent des programmes et projets publics mis en œuvre avec les partenaires techniques et financiers".

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.