Ile Maurice: Accident» à Rivière-du-Rempart - Yesudass Veeranah, un homme solitaire et taciturne

Il a été arrêté par la Special Anti-Robbery Squad du Nord, mercredi, après que la voiture qu'il conduisait ait renversé une piétonne, à Rivière-du-Rempart, le jeudi 2 juillet. Si, au départ, il semblait que c'était un accident comme un autre, au fil de l'enquête, c'est une autre thèse qui a émergé : celle de la vengeance.

Car, le conducteur et la victime ont déjà eu un différend dans un passé très récent. Lui, c'est Yesudass Veeranah, ancien étudiant en médecine, condamné à huit ans de prison en septembre 2013, pour le meurtre de son épouse, Nisha, en novembre 2005 et qui a purgé sa peine depuis.

Dans l'entourage de Yesudass Veeranah, aujourd'hui âgé de 39 ans, tous s'accordent à dire qu'il a toujours été un homme taciturne. «Même avant ses démêlés avec la justice, il ne fréquentait pas trop la famille. À sa sortie de la prison, les choses n'ont pas changé. On le voit lors des événements importants, tels que des mariages, ou encore dans la rue. Mais c'est tout. On ne sait donc pas grande chose à son propos», affirment des proches que nous avons sollicités.

«Il a eu une seconde chance à sa sortie de prison, mais il n'aurait pas changé... »

Néanmoins, tous s'accordent à dire que Yesudass Veeranah, ancien élève du collège Impérial, à Curepipe, est très intelligent. Après le secondaire, il a entrepris des études en médecine auprès du SSR Medical College de Belle-Rive. Mais lors de sa dernière année de médecine, il a été arrêté suivant le meurtre de sa femme. À l'époque, il avait 24 ans. Auparavant, le jeune homme aurait appris par lui-même à réaliser des travaux en aluminium et en métal ou encore la plomberie et l'électrique. Son père Ramdass, un ancien enseignant du secondaire et écrivain, est décédé il y a environ cinq ans, alors que sa mère Dewmatee a rendu l'âme en février 2019. Yesudass Veeranah a un frère cadet.

Pour leur part, les proches de la défunte épouse de Yesudass Veeranah n'ont pas été tendres envers l'ancien étudiant en médecine. L'un d'eux nous apprend que les parents de Nisha Veeranah, née Ramanah, ont été choqués d'apprendre que l'homme serait déjà sorti de prison et «ki linn rod fer enn zafer parey». «Heureusement que cela n'a pas été fatal, mais ça aurait pu l'être. D'autres personnes allaient perdre un être cher», déplore-t-il. Cela étant dit, sans pour autant préjuger du résultat de l'enquête en cours, la thèse de vengeance ne semble pas étonner pas les proches de Nisha Veeranah.

Hormis le fait que cette dernière avait, à plusieurs reprises, porté plainte pour violence conjugale contre Yesudass Veeranah, l'on affirme que ce serait quelqu'un qui «pous vanzans» quand on ne lui obéit pas. «Puis, il sait manipuler les gens. D'où le fait qu'il persiste à dire à la police qu'il y avait un problème avec sa voiture. Il a eu une seconde chance à sa sortie de prison, mais il n'aurait pas changé. D'ailleurs, on a aussi appris qu'il aurait commis un autre acte de violence envers une autre femme. Mais celle-ci ne l'aurait pas dénoncé. Et voilà qu'on apprend ce cas... », dit-on.

Éffectivement, selon nos recoupements, le suspect maintient avoir perdu le contrôle de sa voiture, et d'avoir ainsi heurté une femme qui marchait le long de la route. Yesudass Veeranah devait dire qu'il ne savait pas qu'il s'agissait d'une personne avec qu'il a eu des soucis auparavant. Il a fait ressortir qu'il ne ne s'est pas enfuit après l'accident. Bien au contraire, il affirme être descendu de son véhicule pour aller s'enquérir de l'état de santé de la victime avant de repartir de peur qu'il ne se fasse lyncher par des badauds. Il dit aussi qu'il a alerté la police au sujet de cet accident.

Or, il nous revient que, selon des témoins, ce jour-là, Yesudass Veeranah aurait, plus tôt, sillonné l'endroit où s'est produit l'accident, ce, à plusieurs reprises. Ce qui laisse penser qu'il aurait pu planifier son coup... L'express a vainement sollicité la victime, pour un témoignage. Un de ses proches nous a confié que cette dernière se rendait à son lieu de travail, qui se trouve à une dizaine de mètres du lieu de l'accident, quand elle s'est fait renverser. Quid du différend en question ? «Les faits remontent à décembre dernier. La victime de cet accident avait retenu les services de Yesudass Veeranah, qui entreprend des travaux en aluminium, en vue de la rénovation de sa maison. L'homme lui a réclamé plus d'argent que convenu mais elle n'a pas été d'accord pour payer plus. Les travaux sont, d'ailleurs, restés incomplets», raconte-t-on.

Quand l'indifférence des témoins choque

Ceux ayant visionné les images des caméras de surveillance de l'accident en question ont été choqués en constatant l'indifférence des gens qui se trouvaient sur les lieux au moment des faits. On peut notamment y voir un marchand de goyaves de Chine qui sert une cliente sans trop se préoccuper de la victime. D'autres personnes sont, elles, sorties du commerce devant lequel s'est produit l'incident, mais aucune ne s'est dirigée vers la femme allongée sur l'asphalte. D'autres passants, encore, n'ont pas prêté attention à la scène. Une indifférence qui n'est pas passée inaperçue aux yeux des internautes, qui dénoncent cette attitude de non-assistance à personne en danger.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.