Algérie: La communauté de l'Histoire des peuples de la région impose l'attachement à l'édification de l'UMA

Alger — L'Algérie "demeure convaincue que la communauté de l'Histoire et du destin des peuples maghrébins impose l'attachement au projet d'édification de l'Union du Maghreb arabe (UMA)", a affirmé samedi à Alger, le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum.

Invité du forum du quotidien Echaâb, M. Boukadoum a indiqué que l'Algérie "demeure convaincue que la communauté de l'Histoire et du destin des peuples maghrébins impose l'attachement, en toutes circonstances, au projet d'édification de l'Union du Maghreb arabe (UMA), à même de renforcer les intérêts économiques et les efforts de développement tout en accordant à la région la place qui lui sied aux niveaux régional et international".

"La diplomatie algérienne puise sa force et son esprit des références sous-tendues par les hauts faits de la lutte algérienne et les idéaux suprêmes véhiculés par la Déclaration du 1er Novembre 1954", a ajouté le ministre relavant que ces idéaux "prônent la promotion des principes de respect de la souveraineté des Etats, de non ingérence dans leurs affaires internes, de règlement pacifique des conflits, de bon voisinage et de consolidation des liens de coopération internationale dans tous les domaines, outre le soutien aux causes justes de par le monde et l'édification d'un ordre mondial plus juste et équitable".

Concernant la coopération internationale, le ministre a souligné que "le processus de renouveau que connait aujourd'hui la diplomatie algérienne dans le contexte des mutations en cours dans le pays, aura inéluctablement un impact positif sur les efforts et la coopération bilatérale avec les différents partenaires à travers l'attraction des investissements et la diversification de l'économie nationale dans le cadre de relations équilibrées basées sur le principe gagnant-gagnant et le respect mutuel".

Il a rappelé, en outre, "les relations de partenariat entre l'Algérie et l'Union européenne (UE) soutenues par plusieurs mécanismes de coopération et de dialogue dans la Méditerrané outre sa volonté de poursuivre les efforts pour relever les défis économiques, humains et sociaux ainsi qu'environnementaux, devenus un dossier important sur la table des partenaires".

Le Chef de la diplomatie algérienne a affirmé que "l'Algérie qui a, de tout temps, milité pour un ordre mondial multipartite plus juste et équitable, continue à œuvrer pour la promotion et la réforme du système de gouvernance internationale, ce qui explique ses efforts sur le plan régional pour contribuer efficacement au processus de réforme de l'ONU, à même de lui permettre d'assumer ses responsabilités en termes de maintien de la paix et de la sécurité et de consolidation de la coopération internationale, à la faveur d'une représentation juste et équitable, plus valorisante pour les pays du sud".

M.Boukadoum a indiqué que cette position "s'inscrit dans le cadre de la position africaine unifiée pour la réforme de ce mécanisme", notant que la réussite de cette démarche "exige le renforcement de la coopération Sud-Sud et l'accélération de la cadence d'intégration régionale, au titre du processus d'application de l'Agenda 2063 de l'UA et la poursuite de l'application des différents projets d'intégration au niveau continental".

A cet effet, M. Boukadoum a appelé les entreprises publiques et privées nationales "à s'acquitter de leur rôle dans ce domaine".Concernant le Sommet de la Ligue arabe que l'Algérie devait abriter en mars dernier, M. Boukadoum a affirmé qu'aucune date n'avait encore été fixée pour la tenue de ce Sommet annulé en raison de la pandémie de la Covid-19, rappelant que "toutes les réunions sont organisées actuellement par visioconférence".

"Le dossier de réforme de la Ligue compte parmi les principaux points à soumettre au débat lors du sommet", a-t-il observé, critiquant "le recul du rôle de la Ligue arabe face aux défis qui se posent au Monde arabe".

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.