Mali: L'imam Dicko lance un appel au calme après de nouvelles violences à Bamako

De violents incidents ont éclaté de nouveau, dans la nuit de samedi à dimanche, dans plusieurs quartiers de la capitale malienne. Quatre civils au moins y ont trouvé la mort. Vendredi déjà, des heurts en marge d'une manifestation organisée à l'appel du Mouvement du 5 Juin contre le président avaient été meutriers.

La troisième manifestation à Bamako, à l'appel du Mouvement du 5 Juin, a été émaillée, vendredi 10 juillet, de saccages et de graves violences qui ont fait au moins « quatre morts », selon le Premier ministre malien Boubou Cissé.

De violents incidents ont de nouveau éclaté, samedi soir, dans plusieurs quartiers de la capitale malienne, où quatre morts supplémentaires sont à déplorer, selon une source hospitalière consultée par RFI.

Bamako s'est réveillée ce matin défigurée à certains endroits. Sur le Pont du Roi Fahd, on pouvait apercevoir plusieurs bornes en béton. Un camion y déchargeait des graviers. Des barbelés étaient également visibles, rendant le passage difficile.

À la place de l'Indépendance, au centre-ville, des milliers de bouts de papiers jonchaient le sol. Des pneus brûlaient vers la Bourse du travail. Très peu de policiers ont été apperçus en ville ce matin.

Nuit mouvementée

La nuit a été pourtant très mouvementée, notamment près du QG de l'imam Mahmoud Dicko. C'est dans ce quartier de Badalabougou que de violents affrontements ont eu lieu entre forces de l'ordre et manifestants.

D'ordinaire, Badalabougou est un quartier résidentiel et calme mais c'est aussi le siège de l'URD, le parti de Soumaïla Cissé, le lieu de résidence de Manassa Diakono, la présidente contestée de la Cour constitutionnelle et celui de l'imam Mahmoud Dicko.

C'est dans les rues entre ces deux maisons que les affrontements ont été les plus violents, témoigne un habitant du quartier, joint par RFI.

« Depuis ce matin, il n'y pas eu de mouvements mais nous ne sommes pas en sécurité, raconte celui-ci. Les policiers sont là. À n'importe quel moment, ils peuvent faire des dégâts. Hier soir, on n'a pas dormi. Il y avait des tirs partout.

Il y a eu des morts. Ils [les policiers] voient que vous êtes assis - je ne sais pas si c'est de la panique - ils tirent à n'importe quel moment. Ils tirent pour rien. C'est quoi, ce genre de police ? Franchement, au Mali, aujourd'hui, on en a marre du président et même de la police aussi.

C'est le mauvais gouvernement qui nous gouverne aujourd'hui. Cela fait trois ans que les enfants n'ont pas eu école et en même temps, il n'y a pas de sécurité non plus au Mali. Vraiment, c'est la misère. »

L'appel au calme de l'imam Dicko

À la mi-journée, ce dimanche, l'Imam Mahmoud Dicko, autorité morale des contestataires, a lancé un appel au calme. « La lutte doit continuer mais sans violences », a-t-il déclaré à RFI.

Je demande, encore une fois, à la jeunesse malienne de faire preuve de retenue et de calme, nous pouvons vraiment trouver et obtenir tout ce que nous cherchons dans la patience, dans les bonnes manières. Évitons toute sorte de violences.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.