Sénégal: Clap de fin pour la 2e saison de la série «Maîtresse d'un homme marié»

Au Sénégal, c'est le clap de fin pour la deuxième saison de la série télévisée Maîtresse d'un homme marié, dont le dernier épisode sera diffusé ce lundi 13 juillet. Ce feuilleton à succès, essentiellement en langue wolof, fait la part belle aux personnages féminins autour d'intrigues amoureuses -et parfois extraconjugales-.

Une série qui a fait des vagues lors de son lancement, l'an dernier. Une ONG islamique, Jamra, avait dénoncé une « promotion de l'adultère et de la fornication ». Mais pour ses créateurs, Maîtresse d'un homme marié est le reflet de la société sénégalaise.

Séduction, trahisons, violences conjugales, pressions familiales... La créatrice trentenaire, Kalista Sy, en avait assez des séries sur les femmes écrites par des hommes. Dans Maîtresse d'un homme marié, les personnages féminins aiment, quittent, souffrent, travaillent... . La série raconte leur quotidien.

Dans les séries classiques, « il y avait toujours ce regard masculin sur nos corps, sur notre façon d'être en tant que femme », regrette Kalista Sy. Et ce nouveau regard, c'est ce qui a fait le succès du feuilleton, avec un public très large, au Sénégal et à l'étranger. Un succès auprès d'un public féminin et masculin.

« Et ce public masculin nous a dit qu'on les avait aidé à regarder autrement les femmes, poursuit Kalista Sy, à avoir beaucoup plus d'empathie.»

Mais cela ne plaît pas à tout le monde. Mise en demeure l'an dernier par le Conseil de régulation de l'audiovisuel suite à une plainte de l'organisation islamique Jamra, Kalista Sy lève les yeux au ciel. « Il y a des tabous ! Ce qui dérange c'est peut-être que les femmes peuvent assumer aussi leur sexualité ; c'est un fait, il faudra le respecter ! »

Chaque épisode de cette deuxième saison a enregistré en moyenne 2 millions et demi de vues sur Youtube. Derniers rebondissements, ce lundi.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.