Mali: Tensions au pays - Internet et les réseaux sociaux aussi perturbés

Depuis vendredi, jour de la troisième grande manifestation du mouvement M5 à Bamako, les internautes maliens arrivent difficilement à se connecter à internet, surtout à certains réseaux sociaux.

Vendredi soir au Mali, Internet a été fortement ralenti et même parfois coupé. C'est ce qu'a constaté l'observatoire Netblocks, partenaire d'Internet sans frontières, qui a lancé des tests sur les installations maliennes. Particulièrement touchés : les réseaux sociaux et les applications de messagerie. Samedi après-midi, Netblocks faisait état d'un « blocage ciblé de Twitter, Facebook, Messenger et WhatsApp sur le réseau Orange Mali ».

Ces difficultés touchent particulièrement les réseaux mobiles, très utilisés par les jeunes, nous explique Fatouma Harber, blogueuse-webactiviste et secrétaire générale de la communauté des blogueurs du Mali, jointe au téléphone par Kpénahi Traoré, du service Afrique de RFI.

« Dans certaines parties du Mali, comme Gao, c'est une coupure pure et dure. Dans d'autres localités, surtout à Bamako, c'est un blocage qui est fait, surtout sur les réseaux mobiles Orange et Malitel. Blocage de WhatsApp et Facebook, parce que les réseaux sociaux participent largement à ce qui est en train de se passer au Mali. A savoir, la contestation du régime du président Ibrahim Boubacar Keïta.

Depuis vendredi, où il y a eu la grande manifestation, jusqu'à aujourd'hui (dimanche NDLR), nous constatons que les réseaux sociaux subissent des blocages. Simplement, parce que c'est le premier canal utilisé par la jeunesse malienne pour communiquer, pour dénoncer... Pour, ne serait-ce qu'informer les autres Maliens sur la réalité de ce qui se passe à Bamako ».

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.