Maroc: Les Fondations du ministère de l'Intérieur font leur mue

Trois projets de loi examinés par la commission de l'intérieur, des collectivités territoriales, de l'habitat et de la politique de la ville de la Chambre des représentants

La commission de l'intérieur, des collectivités territoriales, de l'habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants a tenu, vendredi, une réunion consacrée à la présentation de trois projets de loi relatifs aux œuvres sociales des agents d'autorité du ministère de l'Intérieur, des fonctionnaires des collectivités territoriales et du personnel de la direction générale de la protection civile, en présence du ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur, Noureddine Boutayeb.

Il s'agit du projet de loi N°38.18 portant réorganisation de la Fondation Hassan II des œuvres sociales des agents d'autorité relevant du ministère de l'Intérieur.

Dans son exposé, le ministre délégué a souligné que ce projet adopté par la Chambre des conseillers après l'introduction d'une série d'amendements, vise à réviser et moderniser le cadre légal régissant la Fondation Hassan II dans le cadre de l'accompagnement des efforts de mise à niveau de l'administration territoriale, compte tenu de l'importance de l'action sociale en faveur du capital humain en tant que catalyseur de la performance et de l'efficacité.

Le projet de loi retient une nouvelle appellation de la fondation, baptisée désormais "Fondation Hassan II pour les œuvres sociales des agents d'autorité et fonctionnaires relevant du ministère de l'Intérieur", a-t-il précisé, soulignant la volonté du département de tutelle d'élargir le cercle des adhérents et de s'ouvrir à l'ensemble des fonctionnaires du ministère.

Selon le ministre, les catégories qui peuvent bénéficier des services de la Fondation sont les agents d'autorité, les fonctionnaires du ministère soumis au statut particulier des administrateurs, les fonctionnaires faisant partie des cadres assimilés ainsi que le reste des fonctionnaires relevant des services centraux et déconcentrés, percevant leur salaire du budget général. Ce texte vise en effet la consécration du droit d'accès aux prestations de la Fondation au profit des retraités qui relèvent des catégories susmentionnées ainsi que leurs conjoints et leurs enfants.

La Fondation veille à assurer une série de prestations sociales, l'organisation d'activités de divertissement, ainsi que culturelles au profit des adhérents, leurs conjoints et leurs enfants, en plus de services de couverture médicale et de promotion des projets de logement entre autres, a-t-il expliqué.

Le deuxième texte concerne le projet de loi N° 37.18 relatif à la Fondation des œuvres sociales du personnel des collectivités territoriales, leurs groupements et leurs instances.

Dans sa présentation, Noureddine Boutayeb a rappelé que ce projet a été élaboré selon une approche participative et de concert avec les différents partenaires sociaux, notant que la Fondation est reconnue en tant qu'association d'utilité publique et peut disposer de sections au niveau régional et de certaines grandes collectivités territoriales.

L'adhésion à cette Fondation est obligatoire pour tous les fonctionnaires des collectivités territoriales et ses instances, ainsi que les fonctionnaires des collectivités territoriales affiliés à la Fondation Hassan II pour les œuvres sociales des agents d'autorité, a indiqué le ministre délégué, ajoutant que les bénéficiaires de ses prestations sont les adhérents, leurs conjoints et enfants, ainsi que les conjoints, les enfants et les veuves déclarés des adhérents.

La Fondation a pour objectif, selon le responsable gouvernemental, de fournir des services de promotion des projets de logement et leur mise en place au profit des adhérents, la conclusion de partenariats avec les établissements publics, semi-publics et privés pour permettre aux adhérents de profiter notamment de prestations médicales, de transport et d'assurance.

Les services sociaux comportent aussi la couverture médicale et l'assurance maladie complémentaire, la conclusion de conventions avec les banques et les organismes de financement pour faire bénéficier aux adhérents des crédits de consommation et des services bancaires selon des conditions préférentielles, ainsi que l'organisation d'activités culturelles, sportives et de loisirs en faveur des adhérents, leurs conjoints et leurs enfants.

Le troisième texte présenté devant les membres de la commission de l'intérieur est le projet de loi N°60.18 relatif à la Fondation des œuvres sociales des fonctionnaires de la direction générale de la protection civile.

Le ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur a souligné que la création de cette fondation vise à asseoir des œuvres sociales à la hauteur pour cette catégorie de fonctionnaires, y compris ceux qui sont partis à la retraite, soumis depuis septembre 2016 aux règles de la discipline militaire.

Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, a précisé Noureddine Boutayeb, la direction générale de la protection civile veillera au développement et à la promotion des services sociaux au profit des fonctionnaires, agents et médecins de la protection civile, ajoutant qu'en vertu de ce texte, la Fondation va œuvrer à créer et à développer des structures sociales en faveur des bénéficiaires, leurs conjoints et leurs enfants à travers un ensemble d'activités à caractère social, sanitaire et culturel.

Aux termes du projet, la Fondation est soumise notamment au contrôle de l'Inspection générale des finances ainsi qu'aux dispositions de la loi N°62.99 régissant le Code des juridictions financières, sachant que ses comptes feront l'objet d'un audit annuel effectué par des experts comptables afin d'évaluer le système de contrôle interne de l'établissement.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.