Congo-Kinshasa: ZES de Maluku - Le gouvernement dépêche une mission de sécurisation du site menacé de spoliation

Après avoir démoli toutes les maisons anarchiquement construites sur ce site, le ministre provincial des Affaires foncières, Sam Leka, a remis au bourgmestre Jacques Epiana le décret portant création de la Zone économique spéciale (ZES) de Maluku afin de veiller à ce qu'aucune portion ne soit vendue, ni cédée.

Alerté sur les tentatives de spoliation d'une partie du site de la Zone économique spéciale (ZES) de Maluku, le ministre de l'Industrie, Julien Paluku Kahongya, a instruit le chargé de mission de l'Agence des ZES, Auguy Bolanda Menga, de conduire une délégation sur le lieu afin de se rendre compte de la situation de manière à lui faire un rapport exhaustif qui lui permettra de sécuriser ce site. Le chargé de mission n'était pas seul. Il était accompagné du ministre provincial de Kinshasa chargé des Affaires foncières, de l'Urbanisme et de l'Habitat, Sam Leka qui a remis au bourgmestre de Maluku, Jacques Epiana, l'arrêté portant création de la Zone économique spéciale de Maluku.

Après avoir instruit fermement au bourgmestre, au chef coutumier et aux chefs du quartier de veiller à ce qu'aucune partie du site de la ZES ne soit vendue, le ministre provincial n'a ménagé aucun effort pour passer à l'action. Il a usé de son pouvoir et démoli toutes les maisons anarchiquement construites sur ce site.

«Avant d'acheter une portion de terre quelconque, il faut d'abord respecter la procédure c'est-à-dire vous renseigner au bureau du quartier, à la maison communale puis aux affaires foncières (cadastre) pour ne pas être arnaqué et avoir l'autorisation de bâtir», a, en bon père de famille, conseillé le ministre provincial Sam Leka.

Deux garde-fous

De son côté, le chargé de mission des ZES, Auguy Bolanda, se dit désolé parce que n'eut été cette crise de la Covid-19 qui vient tout paralyser, le gouvernement allait déjà commencer à réaliser sur ce site de 50 ha son projet de construire un parc technologique.

Pour éviter à la longue une autre tentative de spoliation de ce site, il promet de placer des pancartes de signalisation indiquant que ce site est réservé pour créer la ZES.

«Nous allons aussi commencer le travail d'identification des gens qui croient posséder des portions de terre sur ce site et le gouvernement saura comment pouvoir les exproprier», a déclaré M. Auguy Bolanda.

Après l'avoir créée par le décret n°12/021 du 16 juillet 2012 sur une étendue de 885 ha dans la circonscription foncière de Maluku, le gouvernement a un projet pilote sur la Zone économique spéciale de Maluku.

Pour ce projet, un aménageur ou développeur privé a été recruté et un contrat d'aménagement signé le 28 janvier 2020, en cours de réalisation sur une superficie de 250 ha. Une fois achevée, la ZES de Maluku pourrait créer plus de 3000 emplois directs dans différents secteurs.

Le processus d'expropriation de l'autre partie du site est appelé à se poursuivre dans les prochains mois suivant les orientations du gouvernement dont la vision est de mettre à la disposition des infrastructures de qualité et un climat des affaires amélioré. Ce qui permettra d'attirer des investisseurs dans cette ZES, booster l'économie locale et créer des emplois pour les populations. Avec la publication du décret n°20/004 du 5 mars 2020 publié par le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba sur les avantages et facilités à accorder dans les ZES en RDC, le décor est bien planté pour rendre ces ZES parmi les meilleurs du continent.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.