Madagascar: Transport aérien - L'état tend une perche à Tsaradia

La suspension des lignes pousse la compagnie à s'adapter pour subsister. Les pertes sont évaluées à près de trois millions de dollars depuis le mois de mars.

Mentionné en gras dans le plan multisectoriel d'urgence, l'État soutient la trésorerie de Tsaradia pour la continuité de la desserte aérienne domestique et l'accompagne dans sa stratégie de réorientation. Ce clin d'œil à la filiale local correspond à un investissement à hauteur de onze millions six cent mille dollars de la part de l'État malgache pour maintenir la compagnie Tsaradia à flot. Au mois de mai, la compagnie aérienne, à travers son directeur général a annoncé qu'il n'était plus qu'une question de temps pour que la filiale d'Air Madagascar ne soit dans le rouge.

À l'époque, Tsaradia n'envisageait aucune mesure de coupe budgétaire qui serait synonyme de chômage technique pour une partie ou l'ensemble de ses employés. Ces derniers qui sont allés jusqu'à la participation à la prise des congés pour soulager la trésorerie de la compagnie. Cependant, si la situation tarde à revenir à la normale, la trésorerie de Tsaradia ne permettra pas à la compagnie de redéployer ses ailes. La trésorerie de la compagnie lui permettait tout juste de subsister pour une durée maximum de deux mois. Le plan d'urgence présenté par l'État en début de ce mois arrive ainsi à point nommé.

Lourdes charges

« Tsaradia se réjouit de ce soutien pour la continuité de la desserte aérienne domestique et l'accompagne dans sa stratégie de réorientation. Pour le moment nous subsistons grâce au cargo, fret et des rapatriements de citoyens étrangers. Cependant, cela ne couvre pas les charges fixes de la compagnie et le soutien de notre trésorerie par l'État permet d'avoir un peu de visibilité pour l'avenir de la compagnie et de la mise en place d'un nouveau business plan adapté à la nouvelle situation aérienne au pays. » explique les responsables de la compagnie. Depuis le 19 mars, la compagnie a enregistré un peu plus de dix mille annulations de places. La fermeture des frontières est plus que catastrophique pour la compagnie.

« Nous évaluons les pertes à près de trois millions de dollars depuis la fermeture du ciel au mois de mars. Une aide financière est toujours la bienvenue. Toutes les compagnies à travers le monde sont dans la même situation. La South African Airways a carrément déposé le bilan. Air Mauritius est en situation de redressement judiciaire. Sans parler d'Air France qui a reçu un soutien financier d'une valeur de sept milliards d'euros » a expliqué Andriamamonjy Rafanomezantsoa, directeur général de Tsaradia qui rajoute que « Les vols cargo qui ont débuté le 25 Mai dernier, commencent bien à être connus du public. Nous opérons des vols purement Cargo/Fret et du vol combiné cargo couplé avec les rapatriements, nous avons effectué près d'une quarantaine de rotations, ce qui est encourageant avec une demande accrue et près de soixante-dix tonnes. Cela amortit un peu le choc pour la compagnie, mais nous espérons surtout que les vols passagers reprennent tout en continuant les vols cargo. »

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.