Cameroun: Le bureau de mise à niveau à niveau des entreprises - Dévolu sur les filières de l'agroalimentaire

13 Juillet 2020

La restitution des études axées sur les vins, les spiritueux et le poisson était le prétexte d'un atelier tenu à Douala la semaine dernière

Selon une étude menée par la FAO sur les indices de consommation, on consomme annuellement environ 1,3 KG de viande par habitant et 3,5 KG pour ce qui est du poisson. Pendant qu'en France, les mêmes statistiques affichent 30KG pour la viande et 70KG pour ce qui est du poisson.

Voilà donc le gap qu'il faut combler pour mettre à un niveau normal la consommation locale de certains produits issus des filières agroalimentairesC'est donc à cet exercice que s'est livré le bureau de mise à niveau des entreprise camerounaises lors de la restitution des études axées sur les vins , les spiritueux,la viande et le poisson qui s'est tenu à Douala avec certains acteurs du secteur.

Dans un contexte mondial dominé par la crise liée au corona virus, il semble urgent de sauver les meubles en ce qui concerne les filières ci-dessus citées. C'est dans cette optique que le bureau de mise à niveau des entreprises a décidé d'accompagner les chefs d'entreprise afin que ces derniers puissent poursuivre leur mise à niveau qui semble incontournable au vu des enjeux de l'heure.

A ce propos, Chantal Elombat Mbedey la directrice du bureau de mise à niveau des entreprises camerounaises dira qu' « 'en effet, les études de positionnement stratégique mettent à la disposition de l'entreprise une masse d'informations pertinentes sur les différentes branches industrielles et le marchés. toutes ces chose permettent de construire des choix pertinents et des stratégies efficaces à adopter dans l'élaboration de son programme de mise à niveau » et ainsi , les études réalisées vont permettre de nourrir en informations , les institutions publiques , les banques et les privées sur les choix à entreprendre sur la base des stratégies des entreprises concurrentes , des déterminants de compétitivités des branches des exigences et tendances des marchés , des appuis institutionnels des pays concurrents. »

Il faut déjà rappeler que le BMN a déjà eu a réaliser une série d'étude sur le positionnement stratégique de quatre filières du secteur de l'agroalimentaire ceci s'est fait dans le cadre de la mise en œuvre des activités de renforcement du dispositif institutionnel du programme industrialisation et valorisation des produits agricoles (PIVPA) financé par le C2D. Sont concernées ici les filières de transformation des graines et fabrication de produits amylacés, les oléagineux et les aliments pour animaux , la filière fruits et légumes, et de la filière tabac. Pour parvenir à des résultats probants, le consortium Brimotech , Berger, et Kafinvest a réussi a identifier les différents leviers pour le développement et la rentabilité de ces filières de ce point de vue , l'enjeu inhérent au développement du secteur agroalimentaire est devenu central puisqu'il est porteur de véritables niches de création de richesse et d'emploi.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.