Soudan: La Cour majeure écoute des déclarations des enquêteurs dans le procès d'un officier des FSR

Khartoum — La cour pénale majeure a écouté samedi le premier enquêteur, le premier lieutenant (police) Zayed Ahmed Zayed, sur l'affaire criminelle dans laquelle le major Yousif Mohi-Eddin Al-Fekki, des Forces de Soutien Rapide (FSR), a été accusé du meurtre de Hanafi Abdul-Shakor, en le écrasant par un véhicule.

La cour pénale majeure a entamé la procédure en entendant la déclaration de l'enquêteur chargé de l'affaire au siège du complexe des tribunaux d'Omdurman, dirigé par le juge de la cour d'appel, Salah-Eddin Mahjoub, et la qualité de membre de deux juges de la cour générale en présence du procureur général, Taj-al-Sir Ali Al-Hibir.

Le représentant de l'accusation a lu le discours inaugural d'accusation dans lequel il a exigé que la suprématie de la loi sur l'accusé et que la peine maximale prévue par la loi soit appliquée contre l'accusé, indiquant que la perte de la vie de victime est un crime à part entière et que le parquet public a fourni l'accusé avec tous les droits constitutionnels.

Le premier enquêteur, premier lieutenant (police), Zayed Ahmed Zayed, a déclaré dans son témoignage qu'une accusation de meurtre en vertu de l'article 130 avait été déposée contre l'accusé major Yousif Mohi-Eddin Al-Fekki des Forces de soutien rapide pour avoir conduit son véhicule sur le citoyen Hanafi Abdul-Shakor et a causé sa mort.

L'enquêteur a dit qu'ils s'étaient ensuite rendus sur le site de l'incident, mais n'avaient pas retrouvé le corps du défunt et qu'en raison de la difficulté à se déplacer à cause des barricades, ils se sont rendus le deuxième jour à la Morgue d' Omdurman pour recevoir le corps par le parquet public, joutant que l'accusé et les parents de la personne tuée ont été interrogés le 11 Juin 2019.

L'enquêteur a dit que le parquet public et la zone militaire ont été appelés le 13 juin pour livrer la voiture de l'accusé, qui porte le numéro (6 Kh-9206) et appartient aux (Forces de soutien rapide) et conduite par l'accusé.

Il a indiqué que l'incident s'est produit dans le quartier de Doha à la ville Omdurman, où les révolutionnaires ont mis des barricades sur la route et ont demandé à l'accusé de revenir, mais il a continué à conduire lentement dans la direction opposée et a refusé de les obéir, puis il a conduit rapidement , chose qui a conduit à écraser le citoyens Hanafi avec sa voiture et a causé sa mort en raison de saignements, ajoutant que le victime se trouvait à neuf mètres de la rue, selon les déclarations des témoins.

Le deuxième enquêteur, procureur du parquet du Sud Omdurman, Ahmed Abdalla Abdelrahman, a expliqué dans sa déclaration devant la cour que l'administration juridique des Forces de soutien rapide a été appelée le 26 Août 2019 pour amener la voiture et la personne pour laquelle il a été assigné.

Il a déclaré que le 15 Janvier 2020, une vidéo de l'incident avait été trouvée et envoyée au laboratoire criminel pour l'examen et qu'une copie de celle-ci avait été extraite pour le véhicule, ajoutant que les représentants de l'accusation et de la défense avaient soumis des documents au tribunal qui ont été acceptés sous forme.

La cour a décidé de tenir sa prochaine séance samedi prochain pour exposer le contenu du CD présenté par les premier et deuxième enquêteurs.

Plus de: SNA

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.